• Nombre de visites :
  • 2054
  • 21/11/2012
  • Date :

Israël ou le miroir d’Oscar Wilde de la civilisation occidentale

israël

   Etudier le sionisme aujourd’hui n’est donc pas un sujet annexe ou mineur. Même s’il ne concerne directement et en apparence qu’une minuscule écharpe de terre lovée dans le bassin est de la Méditerranée, il est le rocher de Charybde sur lequel se brisent tous les espoirs d’une paix réelle et durable dans toute la région et même dans le monde entier, car cette idéologie messianico-coloniale porte en son sein le venin d’une xénophobie telle qu’elle conduit à un nettoyage ethnique de la population autochtone et son messianisme l’entraîne à devenir le dernier Etat colonisateur et prédateur de la planète.

Ces évidences commencent de s’imposer. Mais ce que beaucoup d’hommes et de femmes de bonne volonté ne comprennent peut-être pas, ce sont les motifs pour lesquels un pays aussi puissant que les Etats-Unis continue de soutenir contre vents et marées un confetti qui bafoue cyniquement les principes qui servent de fondations à son idéologie démocratique.

   Comment se fait-il que la nation qui galope sur la planète entière afin d’imposer, par la force la plus brutale, la conception qu’elle se fait de la "Liberté", des "Droits de l’homme" et du "Bien", se compromette à ce point avec un petit Etat-voyou qui contrevient à toutes les lois internationales et qui s’en vante? Comment se fait-il que l’empire américain, qui s’arroge le droit et le pouvoir d’appliquer à la terre entière son idéologie politique et sa législation commerciale interne - ce qui, dans son esprit, est une seule et même chose, puisque tous ses actes sont réputés frappés du sceau de la Perfection - comment se fait-il que cet empire du "Bien", dis-je, accepte de filer doux et de se ridiculiser aux yeux du monde entier face aux exigences d’une poignée de sionistes?

   "La chose la plus difficile au monde est de suivre à la trace n’importe quelle idée jusqu’à sa source" écrivait Edward Mandell HOUSE. Ce personnage de l’ombre connu sous le nom de Colonel House, bien qu’il n’ait jamais participé à la moindre guerre, avait parfaitement conscience d’avoir été le manipulateur en chef des décisions attribuées ultérieurement au Président Woodrow Wilson et, à ce titre, il avait d’excellentes raisons de recommander aux commentateurs politiques de toujours tenter de remonter à la source d’une idée ou d’une décision, tout en précisant que rien n’était plus difficile, car l’initiateur réel d’une décision est rarement celui auquel on en impute la paternité sur le devant de la scène.

Là encore, cette éminence grise et homme de main des puissances financières qui ont permis la réalisation du plus grand hold-up financier depuis que le monde est monde - la création quasiment maffieuse de la FED la veille de Noël 1913 - était bien placé pour savoir combien il est facile de "prêcher le faux" et de l’imposer, comme le rappelle le grand romancier allemand Goethe: "La vérité doit être martelée avec constance, parce que le faux continue d’être prêché, non seulement par quelques-uns, mais par une foule de gens. Dans la presse et dans les dictionnaires, dans les écoles et dans les Universités, partout le faux est au pouvoir, parfaitement à l’aise et heureux de savoir qu’il a la majorité pour lui."

   Car c’est précisément outre-Atlantique qu’il faut chercher la source jaillissante qui devint le puissant fleuve sioniste. C’est grâce à une manne financière, quasiment sans limites que cette idéologie messianico-colonialiste a trouvé la force de concrétiser son rêve. Des hommes comme le rabbin Stephen S. Wise, premier président du congrès juif américain, puis mondial ou le Colonel House évoqué ci-dessus et éminence grise farouchement pro-sioniste du président Woodrow Wilson, ont joué un rôle déterminant dans la concrétisation de ce fantasme à partir du début du XXe siècle, puis durant les préparatifs des deux guerres mondiales. D’ailleurs, dans son gros ouvrage intitulé Les Juifs, le monde et l’argent, Jacques Attali se glorifie de la puissance que les institutions bancaires ont donnée et continuent de donner à ses co-religionnaires.

Source: Aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/mariali/palestine/sionismes/sionisme.htm

Article Relatif:

Dans quel but?

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)