• Nombre de visites :
  • 2025
  • 22/11/2012
  • Date :

Le rôle du Proche-Orient méditerranéen dans la tectonique des plaques géostratégiques

proche-orient

   L’impunité dont jouit l’Etat sioniste s’explique par sa situation privilégiée dans la techtonique des plaques que constituent les deux grands blocs géopolitiques qui s’affrontent dans la région moyen-orientale. Pour continuer dans la métaphore de la géologie, Israël se trouve sur la ligne de fracture de deux gigantesques plaques intercontinentales: la plaque russo-chinoise qui se déplace du nord au sud et la plaque américano-européenne qui progresse d’ouest en est. Chacune de ces plaques entraîne dans son sillage des nations qui partagent plus ou moins les mêmes intérets, mais surtout qui ont les mêmes ennemis: l’Iran, la Syrie, partiellement l’Irak et le sud du Liban pour la plaque russo-chinoise, alors que le continent européen, ficelé à l’Amérique du Nord , sa projection au Moyen Orient - l’Etat sioniste - augmentés de la Turquie et d’un groupe d’étaticules artificiels dans la péninsule arabique dont les frontières correspondent globalement aux gisements d’hydrocarbures, se déplacent à vive allure et tentent de couler la plaque russo-chinoise rivale en la coupant en son centre, la Syrie.

C’est ce qu’on appelle la Realpolitik, c’est-à-dire une politique étrangère fondée sur le seul intérêt national dont la réalisation dépend du calcul des forces en présence. Dans ce genre de confrontation, les références aux droits de l’homme, à la démocratie et autres chamarrures morales sont utilisés comme des rideaux de fumée médiatiques destinés à masquer les conflits d’intérêt et à enfumer les cervelles des peuples. "La première victime d’une guerre est la vérité".

   Au cours de ce choc titanesque et à l’intérieur des deux grands groupes, les Etats qui les composent en profitent, s’ils en ont l’occasion, pour grapiller des avantages qui leur sont propres et que l’avancée globale du groupe auquel ils appartiennent leur permet d’amasser. Pour l’instant, seule la diplomatie européenne semble assez aveugle - ou trahie par ses élites - pour ne travailler que dans l’intérêt des Etats-Unis et d’Israël. Il semble que la Turquie ait, elle aussi, "travaillé pour le roi de Prusse", c’est-à-dire pour Israël, dont elle est, en principe l’ennemie depuis l’assassinat de neuf de ses ressortissants sur le Mavi Marmara lors de la tentative de la première flotille de briser le blocus de Gaza.

Source: Aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/mariali/palestine/sionismes/sionisme.htm

Article Relatif:

Les bombardements de l’armée israélienne sur Gaza

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)