• Nombre de visites :
  • 507
  • 12/12/2012
  • Date :

Une trahison contre le genre humain

mariage

   Il y a quelques années, une controverse fut soulevée autour de certaines opinions exprimées par un biologiste nommé Dr. Russel Lee. Selon ce dernier, le fait qu’un homme se contente d’une seule femme conduit à l’affaiblissement de sa progéniture, et, de ce fait, sa fidélité équivaudrait à une trahison contre le genre humain. Il pense que le système de multi-liaisons permettrait d’avoir des enfants en meilleure santé et plus forts.

Nous pensons que cette description de la nature de l’homme n’est pas du tout correcte. Les tenants de telles thèses semblent s’être inspirés de l’environnement particulier qui prévaut dans leur propre monde.

En tout état de cause nous croyons que, biologiquement et psychologiquement, l’homme et la femme sont différents l’un de l’autre, et que la nature les a faits ainsi intentionnellement. C’est pourquoi, l’égalité de leurs droits ne doit pas être invoquée comme prétexte pour parler de l’uniformité de leurs droits. Même du point de vue de ceux qui soutiennent la monogamie, l’esprit de la femme est différent de celui de l’homme. La femme est monogame de nature. La polyandrie est contre son esprit et ne se conforme pas avec ce qu’elle attend d’un mari. Mais l’homme n’est pas monogame de nature, en ce sens que la polygamie n’est pas contraire à son esprit ni incompatible avec ce qu’il attend de sa femme.

Mais nous ne sommes pas d’accord avec l’opinion selon laquelle l’esprit de l’homme ne se conforme pas à la monogamie. Il est absolument incorrect de dire que la passion de la diversité est incurable. Nous ne croyons pas que l’homme ne puisse pas être fidèle, ou qu’une femme soit née pour un homme alors qu’un homme serait né pour toutes les femmes.

   Nous croyons que les causes de l’infidélité de l’homme résident dans son environnement social, et que la nature de l’homme n’en est pas responsable. Les facteurs conduisant à l’infidélité émanent d’un environnement qui, d’une part, encourage la femme à employer toutes sortes de séductions et de tentations pour attirer les hommes et, d’autre part, prive des millions de femmes de leur droit au mariage en imposant la loi de la monogamie.

Avant l’introduction des manières et modes occidentaux, en Orient musulman, 90 % des hommes souscrivaient à la monogamie dans son sens réel. Ils n’avaient ni plus d’une épouse légale, ni des maîtresses ou des concubines.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.286-287.

Article Relatif:

La polygamie est un droit de la femme

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)