• Nombre de visites :
  • 472
  • 23/12/2012
  • Date :

La crise résultant de l’existence de femmes sans maris

femme et homme

   Si le nombre des femmes voulant se marier dépasse le nombre des hommes candidats au mariage, la prohibition de la polygamie serait une trahison contre l’humanité, car il ne s’agirait pas de supprimer les droits de quelques femmes seulement. Si ce n’était que cela, ce serait tolérable dans une certaine mesure. La crise à laquelle la société est confrontée à la suite de l’application légale de la monogamie, est beaucoup plus grave que toute autre crise, car l’organisation familiale est plus sacrée que toute autre organisation.

Une femme privée de son droit naturel est un être vivant en proie à toutes les réactions d’un être vivant en état de privation. C’est un être vivant exposé à tous les désordres psychiques et complexes psychologiques. C’est une Eve armée de tous les moyens de séduction des hommes.

   Elle n’est pas une quantité d’orge ou de blé dont on peut déverser le surplus dans la mer, ou le stocker dans un grenier en prévision d’un jour de pénurie. Elle n’est pas une maison ou une chambre qui peut être fermée à clé si on n’en a pas besoin pour le moment. Elle est un être vivant, un être humain, une femme. Elle a des potentialités merveilleuses. Si elle est frustrée, elle pourrait détruire la société. Elle ne peut pas rester comme un spectateur oisif, alors que les autres jouissent de la vie. Sa privation pourrait engendrer des complexes et des rancunes. Lorsque les complexes et les instincts se réunissent, ils peuvent produire des catastrophes.

Les femmes privées de vie familiale feraient tout pour séduire les hommes et exploiter leur faiblesse sur ce point. Et ce n’est pas tout. Les femmes qui constateraient que leurs maris les trompent, penseraient à se venger et deviendraient par conséquent à leur tour infidèles. Pour le reste, n’en parlons pas.

   Le résultat final a été résumé dans le célèbre Rapport Kinsey en une phrase: «Les hommes et les femmes américains ont surclassé leurs semblables de tous les autres pays en matière d’infidélité.»

Il est à noter que le problème ne s’arrête pas avec la corruption et la perversion des hommes. Les flammes finiraient par étendre leurs langues aux vêtements des femmes mariées et des femmes au foyer aussi.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.291-292.

Article Relatif:

La polygamie est un droit de la femme 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)