• Nombre de visites :
  • 4207
  • 23/12/2012
  • Date :

L’Encyclopédie de Dehkhodã

dehkhodã

   La grande Encyclopédie de Dehkhodã ou plus simplement Dictionnaire Dehkhodã est un immense et complet glossaire comprenant les mots, les expressions et les noms propres de la langue persane. Peut-être choisit-il pour son œuvre le titre de " Loghat-Nãmeh " (Le Livre des Mots) par référence au poète persan du Xème siècle, Assadi Toussi, qui avait également choisi ce titre pour la grande encyclopédie qu’il commença d’écrire, mais que la mort ne lui permit pas de terminer.

Dehkhodã pensait qu’il y a des milliers de mots en persan, oralement transmis de génération en génération, qui disparaissent à toute vitesse et qu’il fallait un héros pour les transcrire et les sauver de l’oubli. Il décida d’être lui-même ce héros. Pourtant, après avoir fini son Encyclopédie, il estima qu’il n’avait transcrit au maximum qu’un tiers des mots existants en langue persane.

   Pendant ces longues années de recherche, Dehkhodã se référa continuellement aux plus prestigieux livres de la riche littérature persane. Ayant dès auparavant reçu une éducation littéraire très soignée, il sut toujours reconnaître les faiblesses et les forces de chaque œuvre et de chaque mot qu’il rencontrait. Ainsi, il les évita ou, au contraire, les mit en valeur dans son encyclopédie.

La langue persane n’est pas une langue fermée et des milliers de mots arabes, turcs, indiens, anglais, français, russe et mongols y ont pénétré au fil des siècles et des invasions diverses. Dehkhodã maîtrisait également à la perfection plusieurs langues étrangères dont le français et c’est grâce à cette connaissance qu’il sut très bien expliquer et codifier les mots étrangers définitivement entrés dans le persan.

   Le premier tome des 222 volumes de l’Encyclopédie de Dehkhodã parut en 1940 et il fallut attendre 33 ans pour que la publication de la première édition prenne fin. A cette époque et pour plusieurs décennies encore, peu de gens se sont intéressés à cette œuvre grandiose. Mais finalement, en 1945, une lettre du Premier ministre Mossadegh à l’Assemblée fit bouger les choses et une commission parlementaire fut immédiatement chargée de la fondation du Comité de l’élaboration de l’Encyclopédie de Dehkhodã, et Dehkhodã lui-même put désormais compter sur des collaborateurs prestigieux dont le plus fidèle fut Mohammad Moïn, lui-même grand littéraire iranien.

Source: Teheran.ir

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)