• Nombre de visites :
  • 2473
  • 24/12/2012
  • Date :

Les solutions du problème du travail sur l’ordinateur

travail sur l’ordinateur

Le problème

    Lorsqu’on est très attentif sur l’écran, on rigidifie sa posture. Les tendons et les muscles se mettent en tension. Or, les mauvaises postures et la fatigue oculaire sont à l’origine de contractures et d’inflammations au niveau du poignet, du cou ou des épaules qui peuvent dégénérer en tendinites si elles ne sont pas soignées.

Les solutions

   Avoir un écran de bonne qualité et bien placé. Dans la pièce d’abord, pour bénéficier d’un bon contraste et éviter les reflets. L’écran est placé sur le bureau de façon à ce que des fenêtres soient situées sur le côté, ni devant, ni derrière l’écran. Si c’est impossible, il faut utiliser des stores ou des rideaux. Face à soi ensuite, et dans l’axe du regard sans devoir lever les yeux et la tête pour éviter les cervicalgies. Les yeux ne se fatiguent pas quand ils regardent à l’horizontale ou un peu vers le bas. Le clavier est sous le niveau des coudes pour prévenir les contractures des trapèzes et les inflammations de l’épaule.

Etre confortablement installé. Le dos est droit, le cou dans son alignement. Les bras ne sont pas en extension et les poignets reposent à plat sur le bureau, 10 cm au moins sont nécessaires entre la barre d’espacement du clavier et le bord de la table. Les mains sont dans le prolongement des épaules. La souris est facile à atteindre.

Bon à savoir: les meubles avec une tirette destinée au clavier sont inadaptés d’un point de vue physiologique, car les avant-bras sont en l’air.

Bénéficier d’un logiciel adapté à son activité. Les temps d’attente et les erreurs informatiques augmentent le niveau de stress et les contractures musculaires.

   Quitter régulièrement l’écran des yeux. Regarder n’importe où dans la pièce pour réduire le risque de sécheresse et de fatigue oculaires. «Quand la tête est fixe alors que les yeux bougent, les récepteurs situés sur les globes oculaires envoient des informations que le cerveau a du mal à interpréter. Cette situation provoque des contractures musculaires», ajoute le Dr Szwagrzyk.

Source: Santemagazine.fr

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)