• Nombre de visites :
  • 1805
  • 31/12/2012
  • Date :

L’inspiration poétique auprès des poètes persans

voltaire

   Voltaire admire la généreuse inspiration de la poésie iranienne et écrit à ce propos: "Les Persans furent toujours un peuple ingénieux

." De même, pour le développement des lettres et des arts chez les poètes iraniens, dans son Essai sur les mœurs, il énonce avec précision: "Leur langue est belle et depuis six cents ans elle n’a point été altérée. Leurs poètes sont nobles, leurs fables ingénieuses […]».

   Cela nous fait constater qu’il a souvent emprunté aux contes iraniens les traits pittoresques et satiriques émaillant le canevas idéologique de ses récits. Ainsi, les méditations et les contemplations des poètes iraniens lui fournissent l’inspiration de sa pensée philosophique.

En faisant une synthèse de la pensée de Voltaire et de celle de Saadi, nous pouvons constater que Voltaire est quasi obsédé par l’idée de morale sociale. Cette idée de morale tient une grande place dans sa philosophie et il ajoute dans son commentaire de l’une des parties du "Sadder": "Les rites changent chez tous les peuples, la morale seule ne change pas.". Saadi, lui, décrit la grandeur de la nature humaine qui est liée à la morale et à la sincérité de l’écriture et montre l’image réelle de l’homme croyant.

   En revanche, Montesquieu diffère de Voltaire quant à la connaissance de l’Iran même si les regards qu’ils portent sur l’Iran ne manquent pas de points communs, mis à part le fait que Voltaire s’intéressait tout particulièrement à l’histoire des religions et des coutumes orientales, notamment iraniennes.

Source: Irib.ir

Article Relatif:

Khayyãm, entre réalité et subjectivité

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)