• Nombre de visites :
  • 1778
  • 1/1/2013
  • Date :

Le voile comme signe de la volonté de la femme selon Jean Chrysostome

le voile

   Il est intéressant de voir qu’en cette époque, le voile était considéré chez les chrétiens comme le signe d’une personnalité de bon aloi  et également de spiritualité chez la femme: «Eh bien, dira-t-on, si sa chevelure lui a été donnée comme un voile, à quoi bon y ajouter un autre voile? C’est que la femme ne doit pas confesser sa dépendance uniquement par des signes naturels, elle la doit reconnaître aussi par sa volonté. Tu dois porter un voile que la nature tout d’abord t’a imposé; joins-y donc l’œuvre de ta volonté, si tu ne veux pas avoir l’air de renvoyer les lois de la nature; ce serait le comble de l’impudence de prendre à partie, non-seulement nous, mais la nature. Aussi Dieu adressait-il ce reproche au peuple Juif: «Tu as égorgé tes fils et tes filles; c’est là le comble de toutes tes abominations». (Ezéchiel. XVI, 21.)

Et Paul, dans son épître aux Romains, réprimandant les abominables, aggrave ses accusations en disant qu’ils ne se sont pas seulement révoltés contre la loi de Dieu, mais contre la nature: «Ils ont changé l’usage qui est selon la nature, en un autre qui est contre la nature». (Romains. I, 26.)

   Ce n’est pas là, dit-il, notre coutume, nous n’aimons pas à disputer, à quereller, à contredire. Et il ne s’arrête pas là à ces mots: «Ce n’est pas là notre coutume», il ajoute encore: «Ni celle de l’Eglise de Dieu», montrant par-là que ces contradicteurs sont les adversaires opiniâtres du monde entier; mais quelles qu’aient été les contestations des Corinthiens, aujourd’hui le monde entier a reçu cette loi et l’a conservée».

Sources:

Cite-catholique.org

Systasis.org

Article Relatif:

Le couvrement pendant la prière

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)