• Nombre de visites :
  • 1352
  • 19/1/2013
  • Date :

Contre les préjugés islamophobes

portrait de sliman ben ibrahim par étienne dinet, 1904.

   Quellien entreprend ensuite de contredire les principaux «reproches» adressés à l’Islam (la «guerre sainte», l’esclavage, la polygamie, le fatalisme et le fanatisme) en mobilisant des arguments anti-essentialistes et historiques. Il va même jusqu’à affirmer que l’Islam «ne semble pas (…) en opposition avec l’idée de la conquête des contrées musulmanes par les puissances européennes» dans la mesure où, selon certains jurisconsultes musulmans, «quand un peuple musulman a résisté à l’invasion des chrétiens, autant et aussi longtemps que ses moyens de résistance le lui ont permis, il peut discontinuer la lutte et accepter la domination des conquérants si ceux-ci garantissent aux musulmans le libre exercice de leur religion et le respect de leurs femmes et de leurs filles».

C’est dans une perspective analogue de critique de l’orientalisme que se situent les écrits d’Étienne Dinet (1861-1929) et de Sliman Ben Ibrahim (1870-1953). Dinet est un artiste peintre issu d’une famille catholique bourgeoise circulant entre la France et l’Algérie, et Ben Ibrahim un musulman d’Algérie religieux et érudit. Ils se sont rencontrés à l’occasion d’une rixe entre Dinet et des Juifs d’Algérie (Dinet a été «sauvé» par Ben Ibrahim ).

   Dinet se convertit à l’islam en 1913 et devient un «artiste militant». Parallèlement à son activité de peintre (il est un des représentants de la peinture orientaliste algérienne), il milite pendant la Première Guerre mondiale pour le rapatriement et l’enterrement des tirailleurs musulmans algériens en Algérie ainsi que pour la construction de la Grande Mosquée de Paris (inaugurée en 1926). Il se situe dans une optique analogue à celle des administrateurs-ethnologues sans pour autant faire partie de l’administration coloniale. Il souhaite vivement l’«union franco-musulmane» et l’égalité entre colons et colonisés dans le cadre de l’empire, afin d’éviter le séparatisme anti-colonialiste et le triomphe du communisme en territoire colonisé.

Ce n’est qu’après l’échec des propositions du gouverneur général d’Algérie, Maurice Viollette, visant à accorder une représentation nationale et les droits politiques à une minorité de musulmans algériens, que Dinet désespère de la politique et se réfugie dans l’idée d’un pèlerinage à la Mecque.

Source: Islamophobie.hypotheses.org/193

Article Relatif:

Qui sont les producteurs de cet infâme film? (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)