• Nombre de visites :
  • 1932
  • 19/1/2013
  • Date :

Départs massifs de liquidités des banques suisses

banque nationale suisse

   Effrayés par ces affaires, de nombreux clients des établissements helvétiques ont déjà retiré leurs fonds. Les avoirs étrangers détenus en Suisse ont ainsi chuté de 24% de janvier 2007 à septembre 2012, selon la Banque Nationale Suisse (BNS). Ces départs massifs de liquidités ont contraint la plupart des banques à lancer des plans drastiques d’économie. A Genève où le poids du secteur financier dans le PIB cantonal est passé de 24% à 17% en cinq ans, le nombre de chômeurs issus de la banque, de l’assurance ou des services annexes a explosé de 32% en un an. Et les banques de la ville pourraient encore licencier 15% à 30% de leurs employés, selon le groupement des banquiers privés genevois. Depuis 1990, le nombre d’établissements financiers établis en Suisse est déjà passé de 625 à 309.

Cet accord constitue une véritable «ligne de partage des eaux» a déclaré le procureur américain Preet Bharara, qui entend tenir responsable les individus et les banques, «où qu’elles soient dans le monde», qui se livrent à des pratiques visant à priver le trésor américain de milliards de dollars de revenus fiscaux.

La déclaration de guerre au système bancaire suisse

   Aux Etats-Unis, l’affaire Wegelin ne fait pas les gros titres de la presse comme a pu le faire le cas UBS ou l’histoire des fonds en déshérence. Certaines voix américaines soulignent par ailleurs l’hypocrisie des Etats-Unis qui vont à la chasse des fraudeurs du fisc à l’étranger alors que la Floride ou le Delaware constituent encore à leur manière des paradis fiscaux. Quant au New York Times, il s’est fendu vendredi d’un éditorial assassin à l’encontre de la Suisse, relevant qu’après l’affaire UBS, le cas Wegelin montre que «l’industrie bancaire suisse refuse de renoncer aux affaires découlant de l’évasion fiscale».

Le quotidien new-yorkais estime que Washington a raison d’exercer des pressions sur les nouveaux moutons noirs de la compliance et s’étonne de voir que le gouvernement suisse «traîne les pieds» pour résoudre une fois pour toute le problème.

Sources:

wegelin.ch

Jovanovic.com

Article Relatif:

Commentaire d’investissement intéressant: Adieu l’Amérique

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)