• Nombre de visites :
  • 2152
  • 2/2/2013
  • Date :

Manipulation mentale, LSD et l’expérience de Pont-Saint Esprit

lsd

Les opérations de manipulation mentale

   La manipulation mentale désigne l’ensemble des tentatives obscures ou occultes de fausser ou orienter la perception de la réalité d’un interlocuteur en usant d’un rapport de pouvoir, de séduction, de suggestion, de persuasion, de soumission non volontaire ou consentie. Quand ce pouvoir ne s’exerce pas sur un objet, mais se rapporte au contrôle psychique d’une personne, on parle de manipulation mentale.

Cette notion protéiforme est récente dans ses contours, dérivé de la théorie du «lavage de cerveau» encore mal connue. Juridiquement, on lui préfère la notion de sujétion psychologique, le plus souvent dans le cadre d’accusations de dérives sectaires ou d’action d’ingénierie sociale. Par extension, les techniques de manipulations de l’opinion publique ou de manipulations de masse sont l’ensemble des moyens d’influence exercés sur une population à des fins économiques, militaires ou politiques.

Le lavage de cerveau

  Les théories de lavage de cerveau et de manipulation mentale sont issues des recherches sur les programmes de pays totalitaires afin d’expliquer par quelle propagande et quelles méthodes ils étaient parvenues à, apparemment, endoctriner par exemple des prisonniers. Ces théories ont par la suite été étendues à l’étude des conversions religieuses en particulier sous l’impulsion de Margaret Singer dès les années 1960

Le danger des sectes

   Le danger de manipulation mentale par les sectes a été évoqué lors d’une proposition de loi cherchant à instaurer un délit de manipulation mentale. Ce projet de loi n’évoquait pas le risque posé par les expériences gouvernementales dans ce domaine, a fortiori étrangères.

En France, estimant que la législation ne permettait plus de lutter efficacement contre les sectes, un nouveau délit de «manipulation mentale» avait été proposé dans le projet de Loi About-Picard de 2001, et défini ainsi: «Le fait, au sein d’un groupement qui poursuit des activités ayant pour but ou pour effet de créer ou d’exploiter la dépendance psychologique ou psychique des personnes qui participent à ces activités, d’exercer sur l’une d’entre elles des pressions graves et réitérées ou d’utiliser des techniques propres à altérer son jugement afin de la conduire, contre son gré ou non, à un acte ou une abstention qui lui est gravement préjudiciable.»

   Pour Roland Campiche, directeur de l’Observatoire des religions à l’Université de Lausanne: «Les expertises américaines qui ont étudié cette notion ont conclu qu’elle n’avait pas de consistance, et que l’individu restait capable de discernement lorsqu’il était engagé dans une secte. Cela dit, on ne peut faire abstraction de l’exploitation par les sectes d’une faiblesse passagère d’une personne. Mais au-delà, la responsabilité de l’individu reste engagée. On vit dans une société où la responsabilité individuelle est fortement mise en valeur. Alors pourquoi les gens ne seraient-ils pas aussi responsables dans le domaine de la religion?»

Sources:

Wikipedia.fr

Blogs.lesinrocks.com/droguesnews/index.php/tag/lsd-etats-unis-cia-armee

Planeterevelation.fr

Aterriblemistake.com

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)