• Nombre de visites :
  • 1881
  • 5/2/2013
  • Date :

L’avis des représentants religieux sur l’idée du délit de manipulation mentale

m. dalil boubakeur

   Interrogé dans le cadre de la discussion parlementaire sur la proposition de loi relative aux sectes, M. Dalil Boubakeur a tout d’abord estimé que, dans le système de liberté de conscience existant en France, la création d’un délit de manipulation mentale ferait courir des risques graves en ce qui concerne l’évolution des relations entre la société et les religions. Il a rappelé que la religion impliquait transcendance et mystère et que l’être humain n’était qu’un "facilitateur" des voies conduisant à Dieu. Il s’est demandé s’il n’était pas dangereux de porter un jugement, par l’intermédiaire du délit de manipulation mentale, sur les voies et pratiques prônées par les religions pour accéder à Dieu. Il a exprimé la crainte que la disposition proposée par l’Assemblée nationale ne conduise à des dérives susceptibles de porter atteinte à la liberté d’expression.

M. Dalil Boubakeur a rappelé que la Constitution française reconnaissait le principe de la liberté de conscience. Il a estimé que l’arsenal législatif destiné à lutter contre les sectes pouvait être amélioré, mais qu’il était suffisant pour faire face aux dérives les plus graves. Il a observé que la création du délit de manipulation mentale était susceptible de porter atteinte au principe de la présomption d’innocence

La manipulation publicitaire

   Dans le cadre de l’entreprise, Bernard Salengro dénonce la manipulation mentale qui accompagne quelquefois les techniques de management, par exemple à travers un «vocabulaire pompeux», où l’on retrouve fréquemment les expressions «entreprise citoyenne», «développement durable», «responsabilité sociétale», et regrette le «manque d’engagements fermes» qui se cache derrière ce «vernis éthique»

La manipulation mentale appuyée sur l’usage de produits chimiques

   L’utilisation à hautes doses d’antidépresseurs et de sédatifs ou de certaines drogues aurait selon certains pour effet de limiter les capacités cognitives et discriminantes du sujet, suffisamment pour le conditionner. Une littérature romanesque ou de science fiction évoque la possibilité de conditionner l’individu ainsi drogué, sans qu’il garde la trace des informations ou du conditionnement opéré.

Divers régimes totalitaires ont néanmoins utilisé des produits chimiques pour mettre leurs victimes en état de peur et de souffrance ou dans le cadre de la torture.

Sources:

Wikipedia.fr

Blogs.lesinrocks.com/droguesnews/index.php/tag/lsd-etats-unis-cia-armee

Planeterevelation.fr

Aterriblemistake.com

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)