• Nombre de visites :
  • 1873
  • 7/2/2013
  • Date :

Les projets américains de manipulation mentale

cia

   Le Projet MKULTRA (ou MK-ULTRA) fut le nom de code d’un projet de la CIA des années 1950 à 1970 visant à manipuler mentalement certaines personnes par l’injection de substances psychotropes. Face aux plaintes déposées par de nombreux citoyens américains, qui disaient avoir été victimes de manipulations mentales, la CIA s’est vue obligée par le gouvernement de révéler certaines informations. Cependant le gouvernement a accordé aux membres de la CIA, dirigeant le projet MKULTRA, de détruire tous documents qui aurait pu nuire à la sécurité nationale. Tous les enregistrements ont donc été détruits en 1973, par ordre du directeur d’alors de la CIA, Richard Helms.

Le Diéthylamide de l’acide lysergique (LSD, LSD-25) - (de l’allemand Lysergsäurediethylamid) est un psychotrope hallucinogène. Son principe actif est un composé de la famille des lysergamides, dérivé de composés issus de l’ergot de seigle (Claviceps purpurea).

L’expérience au LSD de 1951 à Pont-Saint-Esprit

   À l’été 1951, en France, une série d’intoxications alimentaires culminant en août à Pont-Saint-Esprit est attribuée par certains à de l’ergotisme ou à une expérimentation gouvernementale

Le bourg paisible de Pont-Saint-Esprit n’en s’est jamais vraiment remis de cette année 1951. Et ce n’est pas la révélation du journal des Inrockuptibles qui va arranger ça. En effet, cette petite ville du Gard a véritablement halluciné pendant une semaine. Ca, on le savait. Mais, selon le magazine, un journaliste américain aurait percé la source de cette folie: "le village aurait été arrosé de LSD par la CIA pour une expérience secrète"...

   L’affaire du “pain maudit”‌ débute le 17 août 1951. Les salles d’attente des trois médecins de la ville sont pleines. Une vingtaine de malades viennent consulter pour des symptômes apparemment digestifs: nausées, brûlures d’estomac, vomissements, diarrhées. Viendront s’ajouter dans les jours suivants des fatigues importantes et des insomnies. Pour nombre de malades, après une rémission de 48 heures, les symptômes s’aggravent pour culminer dans des crises hallucinatoires habitées, entre autres, par des flammes et des animaux.

Après une enquête sur place pour le magazine Look, un journaliste américain, John Fuller, décrit dans un article paru en 1968 des scènes d’hallucinations collectives. Un ouvrier, Gabriel Validire, hurle à ses compagnons de chambrée : “Je suis mort ! Ma tête est en cuivre et j’ai des serpents dans mon estomac!”‌ Une jeune fille se croit attaquée par des tigres. Un gamin de 11 ans, Charles Granjhon, tente d’étrangler sa mère.

   Le 24 août, la situation devient ingérable. Un homme saute du deuxième étage de l’hôpital en hurlant : “Je suis un avion.”‌ Les jambes fracturées, il se relève et court cinquante mètres sur le boulevard avant qu’on puisse le rattraper. De nombreux hospitalisés sont saisis d’hallucinations insupportables. D’autres entendent des harmonies célestes.

Sources:

Wikipedia.fr

Blogs.lesinrocks.com/droguesnews/index.php/tag/lsd-etats-unis-cia-armee

Planeterevelation.fr

Aterriblemistake.com

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)