• Nombre de visites :
  • 1241
  • 23/2/2013
  • Date :

L’autorité du "Faqih" juste

guide suprême

   Sur le fondement de l’autorité du Commandement de Dieu et de l’Imamat éternel, la Constitution prépare le terrain pour l’instauration d’une direction théologique réunissant toutes les qualités requises pour être reconnu en qualité de Guide par le peuple, afin qu’il soit le garant du respect par les différentes organisations, des devoirs islamiques traditionnels.

Organisation constitutionnelle

   À la tête du pays se trouve le «Guide Suprême» (Rahbar), autorité religieuse dominante, qui est élu ou/et révoqué par l'Assemblée des experts, composée de 86 membres religieux élus pour 8 ans au suffrage universel direct. Sous sa responsabilité, le pouvoir exécutif est détenu par le président de la République, chef du gouvernement, qui dispose d'un cabinet composé de 20 ministres.

Le pouvoir législatif appartient à un parlement de 290 députés élus tous les 4 ans au suffrage universel supervisé par un «Conseil des gardiens de la Constitution», actuellement présidé par Ahmad Jannati, qui approuve ou s'oppose aux résolutions de l'assemblée.

   Il existe également un Conseil de discernement de l'intérêt supérieur du régime, composé des chefs des trois pouvoirs, des six clercs du Conseil des Gardiens et de 25 membres désignés par le Guide suprême, à la tête duquel se trouve actuellement Hachemi Rafsandjani, renommé pour cinq ans en mars 2002. Le Conseil de Discernement est chargé de ratifier, lors d'une opposition irrévocable du Conseil des Gardiens au Parlement, l'application des lois qu'il juge indispensables, et dorénavant, d'assister le Guide pour la gestion du pays. Les institutions iraniennes, et notamment l'important pouvoir du clergé, en font un régime semi-démocratique et souvent autoritaire. Ainsi, même si la majorité du gouvernement est élue par le peuple iranien au suffrage universel, directement ou indirectement, le conseil des gardiens (élu indirectement) peut en théorie opposer son véto à toute candidature aux élections. Amnesty International classe l'Iran dans les deux pays avec le plus fort taux d'exécution (avec la Chine).

Système institutionnel

   Le système institutionnel iranien, tel qu’il fonctionne aujourd’hui, présente l’originalité de faire cohabiter deux légitimités. Une légitimité démocratique et politique, d’une part, issue du suffrage populaire et une légitimité religieuse, d’autre part, incarnée en priorité par le Guide de la Révolution.

Sources:

Jurispolis.com

Wikipedia.fr

Iris.fr

Article Relatif:

Le garant de la justice 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)