• Nombre de visites :
  • 1946
  • 23/2/2013
  • Date :

Les faux témoignages et la vision cruelle sur la crise syrienne

syrie

   Non, ces actuels étrangers à la Syrie vraie, authentique, enracinée dans sa terre  millénaire ne sont jamais venus, eux, en touristes et la rencontre de son peuple! Leurs arrivées en terre syrienne aujourd’hui massacrée se multiplient à l’envie ces derniers temps. Elles ont pour but de ramener ces reportages bien payés par leurs commanditaires et bien orientés selon la demande de ces bandes très armées et jamais pacifiques qui les accueillent et les promènent là où elles le veulent. Leurs «témoignages» ne font donc que présenter à l’envie sur les écrans ou dans les pages des magazines, les seuls faits et gestes de ces «opposants» en brigades aussitôt grassement rémunérées par les puissances extérieures et ex-mandataires.

Ils ne relateront rien, par contre, des exactions contre la population syrienne et commises par de plus en plus de combattants mercenaires accourus d’Afghanistan, de Libye, de Tunisie, de Tchétchénie, d’Europe même, et d’ailleurs ou tout simplement de la frontière turque au nord et toute proche.

   Ces publicités à la gloire de ces rebelles qui les ont commandées, ne sont pas anodines. Les photographies étalées sur deux pages dans l’un de nos quotidiens, des rues d’un quartier populaire d’Alep que je connais bien, près de la citadelle, un jour de pluie, étaient à dessein rendues plus sombres les unes que les autres ! Elles sont destinées à nous mettre en condition, nous les citoyens de France pour la plupart ignares de ce que sont les vraies raisons du complexe géopolitique de la région, d’une histoire toujours tragique et qui toujours témoigne d’une ingérence étrangère permanente.

Il leur fallait donc ces mises en scène très orientées, montées avec la plus grande partialité, pour ne retenir le spectacle horrible de ce qu’est devenu l’ensemble du pays, et cette ville: notre Alep, si particulière, si attachante où nous résidions avec bonheur depuis tant d’années.

   Non, ils ne se sont pas empressés en Syrie pour témoigner de la détresse d’une population terrorisée, désormais en survie; de ses sentiments amers ou de ses questionnements angoissés sur ce que lui réserve l’avenir, ni sur l’immense et lente tragédie que tous les Syriens, sans exception, vivent à tous les niveaux sans exception de leur société.

Sources:

Lemonde.fr

Francesyrie.org

Article Relatif:

Témoignage sur la destruction de la ville syrienne d’Alep

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)