• Nombre de visites :
  • 2051
  • 23/2/2013
  • Date :

La culpabilité des journalistes

syrie

   Lisant il y a peu de temps, avec attention, un de ces textes, étalé là sous mes yeux, sur deux pages d’un quotidien connu et illustré de photographies très lugubres, j’imaginais avec colère cette journaliste inconnue des habitants de mon quartier et qui venait d’en parcourir les ruelles avec ces hommes armés et tous barbus!.

Cette rue aux pavés centenaires qui m’était si familière, en trois coudes brusques va de Bab Quinesrin à la citadelle. Elle me ramenait régulièrement et en toute sécurité, à toute heure du jour ou de la nuit, chez moi, dans notre demeure aujourd’hui occupée par un groupe de djihadistes libyens. Elle est sans doute vandalisée, pillée, défigurée. Elle a été violée!

   Même sans avoir besoin de fermer les yeux, depuis des jours, sans cesse, je m’obligeais à retrouver très précisément tous les détails de ce chemin afin de ne rien oublier! Mais je découvrais, par quelques informations donnés en toute méconnaissance des lieux, que sans aucun doute cette journaliste avait emprunté ce même itinéraire, en compagnie de ses guides et d’un photographe. Il était là pour prendre, par exemple, et sur sa route le cliché pitoyable de l’ancienne chaleureuse petite boutique de mon voisin coiffeur, à l’entrée du souk du coton. Assis à l’intérieur, un pauvre homme âgé un de mes voisins d’avant pleurait en racontant sa maison, elle aussi perdue et pour ce qui lui reste à vivre: rien, il est ruiné!

Cette étrangère, ces jours tout juste passés, allait, ainsi, chez nous, là où nous étions si tranquilles et vivant tous ensemble en toute confiance. Elle allait en aveugle soigneusement encadrée, guidée par ces hommes armés qu’elle avait payés mais pour qu’ils racontent en France, ce qu’ils voulaient qu’elle écrive sous leur contrôle! Sans doute encore était-elle passée, cette femme, devant ma demeure désormais interdite, mais, elle, en ignorante complète et totalement indifférente de ce qui se cache de raffinement derrière les hauts murs de pierre de ces antiques maisons d’Alep.

Sources:

Lemonde.fr

Francesyrie.org

Article Relatif:

Exaspération en Syrie 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)