• Nombre de visites :
  • 1596
  • 9/5/2013
  • Date :

Les défauts de la polygamie sous l’angle philosophique

mariage

   «La loi de la polygamie est incompatible avec le principe de l’égalité entre l’homme et la femme en tant qu’êtres humains. Etant donné que l’homme et la femme ont des droits égaux, tous les deux doivent être autorisés ou interdits de pratiquer la polygamie. C’est une discrimination pure et simple que de permettre à l’homme d’avoir plusieurs femmes, et d’interdire à la femme d’avoir plusieurs maris. Autoriser l’homme à avoir jusqu’à quatre femmes signifierait que la valeur d’une femme est le quart de celle de l’homme. Cette position est attentatoire à la dignité de la femme, et non conforme même à la position islamique vis-à-vis de l’héritage et du témoignage. Concernant le témoignage, en effet, le témoignage de deux femmes seulement vaut celui d’un homme.»

Cette objection est la moins solide de toutes. Il semble, en effet, que les critiques ignorent totalement les justifications individuelles et sociales de la polygamie. Ils pensent que la polygamie est une question de passion et de désir, et que par conséquent l’homme et la femme doivent avoir un traitement égal. Or nous avons déjà expliqué les cas où la polygamie est justifiée et nécessaire. Nous avons aussi souligné les circonstances dans lesquelles un devoir (celui de la polygamie) envers les femmes sans maris est dévolu à tous les hommes et femmes mariés. Donc, il n’est pas nécessaire de revenir sur cette question encore.

   Il nous suffit de dire que si les enseignements islamiques relatifs à la polygamie, l’héritage et le témoignage, étaient dus à une vision humiliante de la femme et à un mépris de ses droits, et fondés sur une discrimination entre l’homme et la femme en tant qu’êtres humains, l’Islam aurait pris une position uniforme vis-à-vis des deux sexes dans toutes les questions les concernant. Concernant l’héritage par exemple, il n’aurait pas fixé la part de l’héritage de la femme, parfois à la moitié de celle de l’homme, parfois à parts égales. De même, pour le témoignage, il n’y aurait pas eu des règles différentes dans les différentes circonstances. Tout cela montre qu’en fixant des règles différentes et en prenant des positions différentes vis-à-vis des droits et des intérêts de la femme, l’Islam agit selon une philosophie spécifique qui tient compte de la nature humaine et d’autres facteurs. Nous avons déjà expliqué la question de l’héritage dans un chapitre précédent. Nous avons aussi souligné dans un autre chapitre que, du point de vue islamique, la question de l’égalité entre l’homme et la femme en tant qu’êtres humains fait partie des droits humains fondamentaux.

En tout cas, en traitant des droits familiaux, l’Islam a pris en considération certains autres aspects aussi, qui sont plus importants que la question de l’égalité.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.304-305.

Article Relatif:

Les défauts de la polygamie sous l’angle moral

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)