• Nombre de visites :
  • 1342
  • 29/8/2013
  • Date :

Le principe de la liberté économique dans un cadre limité (1)

economie

   Le second pilier de l’Economie islamique est le fait d’accorder aux individus une liberté économique, dans les limites des valeurs morales et éthiques auxquelles croit l’Islam.

   Dans ce pilier également, nous remarquons une différence saillante entre l’Economie islamique d’une part et les deux Economies capitaliste et socialiste de l’autre. Ainsi, alors que les individus jouissent de libertés illimitées dans l’Economie capitaliste, et que l’Economie socialiste confisque la liberté de tout le monde, l’Economie islamique adopte une attitude conforme à sa nature générale en autorisant les individus à exercer leurs libertés dans le cadre de valeurs et d’idéaux qui domptent et polissent la liberté, et en font un instrument de bien pour toute l’humanité.

   La limitation islamique de la liberté sociale dans le domaine économique est de deux sortes:

1- L’auto-limitation qui émane des profondeurs de la personne et qui puise son crédit dans le contenu spirituel et intellectuel de la personnalité islamique.

2- La limitation objective qui exprime une force extérieure délimitant et réglant la conduite sociale.

L’auto-limitation

   Elle se forme dans le cadre de l’éducation spéciale que l’Islam dispense à l’individu dans une société où l’Islam régit tous les secteurs de la vie (de la société islamique). En effet, les cadres intellectuels et spirituels à l’intérieur desquels l’Islam forge la personnalité islamique, lorsqu’il offre l’occasion d’entrer dans la réalité de la vie et de faire l’histoire sur la base de cette réalité, ont une force morale énorme et exercent une grande influence sur l’auto-limitation ou la limitation naturelle de la liberté accordée aux individus de la société islamique et sur son orientation dans la discipline, et sans que les individus aient le sentiment que leurs libertés seraient tant soit peu confisquées, car la limitation étant le produit de leur réalité spirituelle et intellectuelle, les individus n’y voient pas une limitation de leurs libertés. C’est pourquoi l’auto-limitation n’est pas vraiment une limitation de la liberté, mais une opération de formation du contenu intérieur de l’homme libre, une formation morale et saine, dans laquelle la liberté accomplit son vrai message.

Cette auto-limitation a produit des résultats splendides et des effets grandioses dans la formation de la nature de la société islamique et son tempérament général. Bien que l’expérience islamique complète fût de courte durée, elle a porté ses fruits et fait exploser dans l’âme humaine ses possibilités idéales et sublimes tout en donnant à l’humanité un crédit spirituel riche en sentiments de justice, de bien, et de bienveillance. Et si cette expérience s’était prolongée dans la vie plus longtemps que la courte période historique qu’elle a vécue effectivement, elle aurait pu prouver la compétence de l’humanité pour être le représentant d’Allãh sur la terre, forger un nouveau monde imprégné de sentiments de justice et de miséricorde, et extirper de l’âme humaine tous les éléments de mal et tous les mobiles d’injustice et de corruption qu’il est possible d’extirper.

   En outre, il ne faut pas oublier que l’une des conséquences bénéfiques de l’auto-limitation est le fait que celle-ci demeure la seule garantie fondamentale des œuvres bonnes dans la Communauté musulmane, depuis que l’Islam a cessé son expérience de la vie et perdu sa direction politique et son imamat social. Et bien que les Musulmans se soient écartés de l’esprit de cette expérience et de cette direction d’une distance temporelle de plusieurs siècles, et d’une distance spirituelle dont la mesure est le degré d’abaissement de leurs niveaux intellectuel et psychologique, et de leur accoutumance à d’autres modes de vie sociale et politique, l’auto-limitation dont le premier noyau fut posé par l’Islam lors de son expérience complète de la vie, a joué un rôle positif et efficace dans le maintien des œuvres bonnes qui se traduit par le fait que des millions de Musulmans payent de leur plein gré, lequel est cristallisé dans le cadre de cette auto-limitation, la Zakãt et d’autres obligations contractées envers Allãh, et contribuent à la réalisation des conceptions islamiques de la justice sociale. A la lumière de ce fait, combien plus grands auraient été les résultats si ces Musulmans vivaient l’expérience islamique complète, et si leur société était l’incarnation complète de l’Islam, dans ses pensées, ses valeurs et sa politique, et l’expression pratique de ses conceptions et idéaux.

Source: AL-SADR. Mohammed Bãqir, Notre économie, Traduit de l'arabe et édité par Abbas Ahmad Al-Bostani, éd. La cité du savoir, Canada.

Article Relatif:

Le développement et la reconstruction économique (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)