• Nombre de visites :
  • 864
  • 6/9/2013
  • Date :

Quel est le sens de l’Imãmat? (1)

le prophète de l’islam

Traduit par Jean d’Agape

   Le Prophète de l’Islam (AS) après son émigration à Médine où il fut l’objet du soutien de ses habitants et des mecquois qui avaient quitté la Mecque et qu’on nommait les «Ansãr», a construit une société Islamique et la mosquée de Médine qui était un lieu de prières mais aussi un lieu d’enseignement du message divin, d’éducation des musulmans et un refuge pour les immigrés et les pauvres qui y trouvaient de l’aide, un lieu où s’exerçait la justice et où étaient prises les décision militaires et les grandes dédisions gouvernementales, et un lieu de soutien au front et aux combattants.

   En un mot, la mosquée de Médine était le lieu de la gestion de la société et de la religion par le Prophète (AS) dont les décisions devaient être suivies car Dieu a ordonné aux musulmans de lui obéir dans les questions politiques, militaires et juridiques comme nous le voyons dans les versets:

Al-e Imrãn 32 et 132, Nissã 12,14,69,80, Mã’ida 92, Anfãl 1,20,46, Tobe 71, Nur 51,54,56, Ahzãb 66, Hojurãt 14, Fath 16,17, Mohammad 32, Mojãdele 12, Momtahene 12, Taqãbon 12 et Jinn 23, ainsi que dans les versets Al-e Imrãn 152, Nissã 42,59,65,105, Mã’ida 48, Hajj 67, Ahzãb 6,36, Mojãdeleh 8,9 et Hashr 7

   Le Prophète (AS) en plus de la prophétie et de la responsabilité de l’enseignement des règles divines, était aussi responsable de la gestion de la société Islamique et des questions juridiques et militaires.

   L’Islam en plus des responsabilités religieuses et morales qu’il impose, a aussi des règles politiques, juridiques et économiques que le Prophète (AS) devait enseigner et appliquer, et était responsable de la gestion à tous les niveaux politiques.

Une religion qui a pour objectif la gestion de la société jusqu’à la fin du monde, ne peut rester indifférente à ces questions ni être dépourvue des règles politiques et gouvernementales qui se manifestent à travers l’Imãmat.

   Dans les expressions de la science du kalam, le terme Imãmat signifie la gestion de la société Islamique dans les domaines religieux et sociaux qui font partie de l’Islam. Cependant la question est de savoir qui après la disparition du Prophète (AS), devait prendre en charge ces responsabilités et de qui il devait les recevoir.

Est-ce que comme la prophétie qui a été octroyée par Dieu, l’Imãmat dépend de la volonté divine ou est-ce que cette désignations concernait uniquement le Prophète (AS) et non l’Imam qui après le Prophète (AS), devait être choisi par le peuple ? Est-ce que les gens avaient ou non ce droit?

   Cette question est le point de divergence entre les chiites et les sunnites. D’un coté, les chiites estiment que l’Imam doit être désigné par Dieu lui-même, en fonction de ses qualités et par le biais du Prophète (AS), et que c’est l’Émir des croyants (AS) qui a été désigné pour la succession directe du Prophète (AS), suivi par ses onze descendants, l’un après l’autre.

   D’un autre coté, les sunnites estiment que l’Imãmat dans ses dimensions prophétiques comme la prophétie, s’est interrompu avec la disparition du Prophète (AS) et qu’à partir de cet instant, il revenait au peuple de choisir l’Imam.

Article Relatif:

Le quatrième fondement de la religion

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)