• Nombre de visites :
  • 1532
  • 5/10/2013
  • Date :

Le cadre général de l’économie islamique

économie

   La Doctrine économique en Islam se distingue des autres doctrines économiques que nous avons étudiées par son cadre religieux général. En effet, la Religion est le cadre global de tous les systèmes de la vie en Islam. Lorsque l’Islam traite de chacune des branches de la vie, il la mélange à la Religion et la façonne dans le cadre du lien religieux de l’homme avec son Créateur et avec l’Au-delà.

C’est ce cadre qui rend le régime islamique capable de réussir et d’assurer la réalisation des intérêts sociaux généraux de l’homme; car la réalisation de ces intérêts sociaux ne peut être garantie qu’à travers la Religion.

   Pour éclairer ce point, nous devons étudier les intérêts de l’homme dans la vie et l’existence qu’il mène, et savoir dans quelle mesure ils peuvent être réalisés et garantis. Ceci nous conduira à la vérité que nous venons d’évoquer, à savoir que les intérêts sociaux de l’homme ne peuvent être réalisés et garantis qu’à travers un système qui jouit d’un vrai cadre religieux.

Les causes de la différence entre les intérêts naturels et les intérêts sociaux.

   Lorsque nous étudions les intérêts de l’homme dans la vie, et l’existence qu’il mène, nous remarquons qu’ils sont susceptibles d’être répartis en deux catégories:

1) Les intérêts que la nature fournit à l’homme en sa qualité d’être spécial, tels que les plantes médicinales par exemple. Il est de l’intérêt de l’homme de se procurer ces médicaments de la nature; et cet intérêt n’a pas de lien avec ses relations sociales avec les autres. L’homme, en tant qu’être exposé aux virus nuisibles, a besoin de ces médicaments, et ce, qu’il vive isolément ou dans le cadre d’une société soudée.

2) Les intérêts que le système social garantit pour l’homme en sa qualité d’être social lié par des relations avec ses semblables, tels que l’intérêt que l’homme tire du système social lorsqu’on lui permet d’échanger ses produits contre les produits des autres, ou lorsqu’on assure ses moyens d’existence dans le cas où il est infirme ou incapable de travailler.

Appelons la première catégorie: les intérêts naturels, et la seconde: les intérêts sociaux.

   Pour que l’homme puisse assurer ses intérêts naturels et sociaux, il faut le doter de la faculté de connaître ces intérêts et les moyens de les trouver, ainsi que de la motivation qui le pousse à les rechercher. Ainsi, les médicaments préparés pour guérir la tuberculose, par exemple, peuvent être mis à la disposition de l’homme, lorsque celui-ci apprend que la tuberculose peut être guérie par un médicament, découvre le moyen de le fabriquer, et a la motivation qui le pousse à découvrir et à préparer ces médicaments. De même, en tant qu’intérêt social, la garantie des moyens d’existence dans le cas de l’incapacité au travail, dépend de la connaissance par l’homme de l’avantage de cette garantie, des modalités de sa réglementation et de la motivation qui pousse à promulguer cette législation et à l’exécuter.

   Il y a donc deux conditions essentielles sans lesquelles le genre humain ne peut s’assurer une vie complète dans laquelle il trouverait ses intérêts naturels et sociaux, et ce sont:

1) L’homme doit connaître ces intérêts;

2) Il doit avoir une motivation qui le pousse, après les avoir connus, à les réaliser.

Source: AL-SADR. Mohammed Bãqir, Notre économie, Traduit de l'arabe et édité par Abbas Ahmad Al-Bostani, éd. La cité du savoir, Canada.

Article Relatif:

L’Economie islamique est une partie d’un tout

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)