• Nombre de visites :
  • 2370
  • 23/10/2013
  • Date :

Dieu promet d’accomplir son bienfait (1)

coran

Traduit par Jean d’Agape

   A trois endroits dans le Coran, Dieu promet d’accomplir son bienfait. Une fois après le changement de direction des prières au verset 150 de la Sourate Bagara «وَ لِأُتِمَّ نِعْمَتي‏ عَلَيكُمْ», une autre fois, lors de la victoire de la Mecque au verset 2 de la Sourate Fath«وَ يتِمَّ نِعْمَتَهُ عَلَيكَ» et enfin, au verset 6 de la Sourate Ma’ida, au sujet des ablutions pour la prière   «وَ لِيتِمَّ نِعْمَتَهُ عَلَيكُم‏».

Mais dans le verset révélé à Ghadir Khom, Dieu dit: «أَتْمَمْتُ عَلَيكُمْ نِعْمَتي‏» c’est-à-dire «J’ai achevé mon bienfait». Avec la nomination de l’Imam, les bienfaits divins que Dieu a donnés aux hommes, sont devenus complets.

   Le Coran précise aussi l’avenir de la communauté dans l’expression  «لِيظْهِرَهُ عَلَى الدِّينِ كُلِّهِ»qui se trouve à trois endroits du Coran, au verset 33 de la Sourate Tobe, au verset 28 de la Sourate Fath et au verset 9 de la Sourate Çaf, et annonce la victoire de l’islam sur les autres religions et sa mondialisation.

Mais de quel islam s’agit-il sinon de l’islam qui a été complété par Dieu le jour de Ghadir Khom et dont Dieu s’est montré satisfait:

«الْيوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ وَأَتْمَمْتُ عَلَيكُمْ نِعْمَتِي وَ رَضِيتُ لَكُمْ الْإِسْلَامَ دِينًا»

   Le verset 55 de la Sourate Nur, au sujet de l’avenir du monde, dit:

وَعَدَ اللَّهُ الَّذِينَ آمَنُوا مِنكُمْ وَعَمِلُوا الصَّالِحَاتِ لَيَسْتَخْلِفَنَّهُم فِي الْأَرْضِ كَمَا اسْتَخْلَفَ الَّذِينَ مِن قَبْلِهِمْ وَلَيُمَكِّنَنَّ لَهُمْ دِينَهُمُ الَّذِي ارْتَضَى لَهُمْ وَلَيُبَدِّلَنَّهُم مِّن بَعْدِ خَوْفِهِمْ أَمْناً يَعْبُدُونَنِي لَا يُشْرِكُونَ بِي شَيْئاً وَمَن كَفَرَ بَعْدَ ذَلِكَ فَأُوْلَئِكَ هُمُ الْفَاسِقُونَ

"Allãh a promis à ceux d’entre vous qui ont cru et fait les bonnes œuvres qu’Il leur donnerait la succession sur terre comme Il l’a donnée à ceux qui les ont précédés. Il donnerait force et suprématie à leur religion qu’il a agréée pour eux. Il leur changerait leur ancienne peur en sécurité. Ils M’adorent et ne M’associent rien et celui qui mécroit par la suite, ce sont ceux-là les pervers."

Discours de l’Hodjat-ol-islam Mohsen Gharã’ati 

Article Relatif:

Étude du verset 67 de la Sourate Mã’ida (2)  

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)