• Nombre de visites :
  • 342
  • 27/10/2013
  • Date :

Les sports traditionnels à l’époque islamique

zurkhãneh

Traduit par Jean d’Agape

   Jusqu’à l’arrivée de l’islam en Iran, le Varzesh-e-Pahlavãni était purement une forme d’exercice physique. Cependant, avec l’introduction de l’islam en Iran puis de l’adoption du chiisme comme religion d’État sous les Safavides, quelques siècles plus tard, la philosophie et la spiritualité de l’islam sont des dimensions nouvelles qui ont été ajoutées au Varzesh-e-Pahlavãni. Le soufisme a notamment été le moyen par lequel se sont exprimées ces dimensions nouvelles. On peut là aussi, noter des similarités entre certains rituels du Varzesh-e-Pahlavãni et ceux du soufisme. De nouveaux récits mythiques sont apparus sur l’origine de ces héros qui tentaient d’établir un lien entre ces coutumes et l’islam.

Ce lien ne manquait pas de raisons historiques car en Asie orientale, il existait des coutumes d’héroïsme et de courage, et avant l’islam, à l’époque de l’ignorance, il existait en Arabie, des règles de cavalerie et d’héroïsme. Hazrat ‘Ali (AS) visiblement, a été le premier à être qualifié du nom de Fotout c’est-à-dire de « symbole de modestie».

   Une autre raison de l’expansion des Zurkhãneh après l’islamisation, est l’existence d’une recherche d’héroïsme et de dépassement de soi, avec certaines étapes initiatiques et des signes comme les ceintures de tissu rouge, la lutte à mains nues, les jets de projectiles et l’acquisition d’une bonne forme physique et morale. Le terme a peu à peu, pris le sens de religiosité et de vertu, et concernait des cercles privés et parfois secret. Le livre «Fotout» présente une lettre d’un sultan sur les étapes d’initiation dans les cercles de sport et d’initiation spirituelle après l’islam, notamment la force physique et la préparation au combat qui étaient considérées comme les devoirs du jeune adepte de ces cercles.

Lors du millénaire de Ferdowsi en 1934, organisé par l’Association des élites, des cérémonies de sport traditionnel ont été organisées dans toutes les provinces, et après le mois d’aout de l’année 1941, des programmes de sport traditionnel ont été diffusés à la radio de Téhéran suivis par la réforme de l’intérieur des cercles sportif par le bureau chargé de l’éducation physique.

   Dans les différentes régions, un modèle fut choisi pour les Zurkhãneh dont la gestion fut donnée à un des anciens ou à un athlète de ce cercle. Le choix des athlètes de Téhéran qui avait été interrompu depuis longtemps, fut remis à l’ordre du jour. Le brassard qu’arboraient les athlètes était très respecté et les Zurkhãneh privées et publiques, se firent de plus en plus nombreuses spécialement dans les diverses organisations gouvernementales. Le développement des sports dans les médias et les jeux asiatiques et olympiques, ont contribué au déclin des sports traditionnels qui n’avaient pas de fédérations internationales, face au développement des autres sports.

   Les Japonais pour développer leurs sports nationaux comme le judo ou le jujitsu, ont créé les structures internationales nécessaires pour développer ce sport dans les autres pays, et ont enseigné ces sports dans les écoles, les centres militaires et les universités. Les Japonais lors des jeux olympiques de 1964 à Tokyo, ont pour la première fois, introduit le judo dans les compétitions olympiques internationales.

Lors des jeux de Sydney en 2000, ils ont pris la quinzième place et en 2004, avant les jeux de 2008, sont arrivés à prendre la cinquième place et à obtenir la majorité des médailles en judo alors que notre sport national traditionnel n’avait aucune place dans les programmes universitaires en Iran.

   Cependant cela a changé à partir du 12 octobre 2004, quand le sport traditionnel est entré dans la famille des sports mondiaux et a été présenté comme l’héritage spirituel de l’Asie aux jeunes dans le monde. Un chaleureux accueil a été fait à ce sport qui a trouvé sa place dans les compétitions internationales et nous devons pour cela, remercier le professeur Karl Deen, auteur du livre sur l’Histoire du sport dans le monde, et secrétaire du comité d’organisation des jeux olympiques de Berlin en 1936 qui lors d’un voyage en Iran, a compris les valeurs cachées du sport des Zurkhãneh et a introduit ce sport dans les programmes de l’université d’éducation physique de Cologne. 

Source: Tebyan.net

Article Relatif:

Zurkhãneh

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)