• Nombre de visites :
  • 4788
  • 14/12/2013
  • Date :

Barbie et son ami Ken

barbie et son ami ken

Traduit par Jean d’Agape

   En 1961, la compagnie Mattel crée la poupée Ken, qui est un jeune homme aux vêtements très chics et le petit ami de Barbie, incitant ainsi les jeunes filles à avoir des relations libres avec les garçons. Le flirt avec Ken, ces longs cheveux, ces maillots deux pièces, ce maquillage, ces danses et ces chants sont tous des éléments du comportement occidental que Barbie est censée propager. Barbie n’est pas seule pour cela, il y a une série de personnages de dessins animés et de jeux vidéo qui l’aident dans ce travail. 

Les sites anti Barbie parlent d’une maturité précoce chez les filles qui ont été habituées à cette poupée. Le fait que l’enfant puisse changer les dessous de Barbie et est même encouragé à le faire, est une des raisons de ce développement précoce de la sexualité et de la sortie prématurée du monde de l’enfance, ce qui est une chose très regrettable.

   Orienter les enfants vers les comportements sexuels occidentaux et la corruption morale, est la mission de Barbie. Barbie est le symbole de la culture américaine, du goût du luxe, de la consommation et de la mode, dont la survie dépend de l’ignorance des peuples au sujet des graves conséquences de ce symbole.

C’est la raison pour laquelle la publicité prétend que Barbie n’est qu’une simple poupée qui a pour vocation de «rendre nos enfants heureux».

   Si les organisations culturelles ont une responsabilité dans ce domaine ce sont surtout les familles qui doivent se soucier de la santé morale de leurs enfants car personne n’est plus soucieux des enfants que leurs parents. Les producteurs de ces jouets ne pensent qu’à attirer la clientèle et à faire de plus grands profits. Les enfants sont plus intelligents qu’on le croit, il suffit dans un langage simple, de leur expliquer les dangers de cette princesse apparemment très belle et ce qu’elle fait en vérité.

Article Relatif:

L’histoire de Barbie(1)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)