• Nombre de visites :
  • 1409
  • 26/10/2014
  • Date :

Les étapes de l’opération Beyt-ol-Moghaddas (1)

l’opération beyt-ol-moghaddas

Le début de l’opération Beyt-ol-Moghaddas

   Les troupes irakiennes se renforçaient à Khorramshahr quand l’opération Beyt-ol-Moghaddas débuta à 0 heure 55 du 30 avril 1982. Les combattants iraniens lancèrent simultanément l’attaque sur trois axes. Le Quartier Général Ghods réussit à établir une tête-de-pont dans une partie limitée du sud de la rivière Karkheh-kour, malgré la présence importante des troupes irakiennes et leurs nombreuses fortifications dans cette zone.

Les combattants du Quartier Général Fath traversèrent le fleuve Kãroun et avancèrent jusqu’à la route Ahvãz-Khorramshahr, où ils commencèrent à construire des fortifications et à empêcher les troupes irakiennes de circuler sur cette route. Les troupes du Quartier Général Nasr avancèrent elles aussi, mais ne réussirent pas à rejoindre les troupes du Quartier Général Fath comme il avait été prévu.

   La première contre-attaque importante de l’Irak eut lieu au sud de la rivière Karkheh-kour; après plusieurs heures de combat, les troupes du QG Ghods réussirent à neutraliser l’ennemi. L’Irak contre-attaqua également dans la zone d’action du QG Fath, quand les combattants Iraniens étaient sur le bord de la route Ahvãz-Khorramshahr. Les troupes irakiennes profitèrent du fait que les troupes des deux QG Fath et Nasr n’avaient pas pu se rejoindre et s’immiscèrent dans l’espace entre les troupes iraniennes. L’Irak avait concentré ses forces dans la zone située à l’ouest de la route Ahvãz-Khorramshahr ainsi que près de la frontière et à proximité de Shalamtcheh, et tentait de faire reculer les combattants iraniens du bord de la route Ahvãz-Khorramshahr, car c’était le seul endroit où les combattants iraniens pouvaient résister aux contre-attaques irakiennes en se plaçant derrière la route.

Au cours d’un dur combat, les tanks irakiens réussirent à occuper une partie de la route, mais cette occupation ne dura pas et les combattants iraniens firent reculer les soldats irakiens.

   Ainsi, à la fin du premier jour de l’opération, la situation était la suivante: les deux QG Fath et Nasr avaient réussi à établir 800km² de tête-de-pont, mais le QG Ghods n’avait réussi à traverser la rivière Karkheh-kour qu’à deux endroits. Il fut décidé que lors de la deuxième nuit de l’opération, le QG Ghods complèterait les objectifs non atteints lors de la première nuit, et que les deux QG Fath et Nasr occuperaient les 10 km de la route Ahvãz-Khorramshahr qui séparaient leurs troupes, et combleraient ainsi la brèche. Finalement, après 5 jours de combat, toutes les brèches furent comblées.

La deuxième étape de l’opération: les troupes iraniennes s’approchent de Khorramshahr par le nord

   Les objectifs de cette deuxième étape étaient que les QG Fath et Nasr avancent à partir de la route Ahvãz-Khorramshahr jusqu’à la frontière, et que le QG Ghods occupe une zone limitée au sud de la rivière Karkheh-kour pour compléter ce qui n’avait pas pu être effectué lors de la première étape et pour empêcher les troupes irakiennes installées dans cette zone de se diriger vers les régions où les QG Fath et Nasr opéraient. Cette deuxième étape débuta le 6 mai 1982, à 22h30. Les combattants du QG Fath atteignirent la frontière en quelques heures. Les troupes du QG Nasr les rejoignirent un peu plus tard, après avoir subi de violentes attaques de la part des troupes irakiennes.

L’armée irakienne, constatant la direction vers laquelle les troupes iraniennes avançaient, fit reculer ses 5e et 6e divisions pour que celles-ci ne soient pas encerclées et pour renforcer sa contre-attaque autour des villes de Bassorah et de Khorramshahr.

   Le retrait de ces deux divisions irakiennes débuta au cours des premières heures du 8 mai. Les combattants du QG Ghods les poursuivirent et un certain nombre de soldats irakiens qui n’avaient pas pu reculer à temps furent faits prisonniers. Ainsi, à la fin de cette deuxième étape, la route Ahvâz-Khorramshahr fut presque entièrement libérée, ainsi que quelques endroits situés près de la frontière dont Jofeyr, Pãdegãn-e Hamid et Hoveyzeh.

Sources bibliographiques:

Khorramshahr dans la guerre, livre publié par Le centre d’études et de recherches sur la guerre du Sepãh Pãsdãrãn, Téhéran, 1380 (2001).

La ville en sang, Khorramshahr, livre publié Le centre d’études et de recherches sur la guerre du Sepãh Pãsdãrãn, Téhéran, 1372 (1993).

Galeries Relatives:

Galerie des images de la province de Khuzestãn

Galerie des images de Dezf 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)