• Nombre de visites :
  • 583
  • 29/10/2014
  • Date :

L’art islamique sous les Fatimides (909-1171)

l’art islamique

   L’opulence de la cours Fatimide contribua grandement à la renaissance de l’art décoratif, qui fit du Caire le centre culturel le plus important du monde islamique. Non-loin, le vieux Caire, connu sous le nom de Al-Fustat qui devint le centre majeur de production de poterie, verrerie, de métallurgie, de quartz, d’ivoire et de bois gravés; les centres de production de textiles dirigées par des officiels du gouvernement fabriquèrent le tissu appelé «tiraz» du nom du calife de l’époque.

Une nouveauté fut l’utilisation de bandes représentant de petits animaux et d’inscriptions dans la majorité des productions textiles, alors qu’elles étaient auparavant spécifiques à la poterie. L’utilisation du quartz, extrait des carrières, démontre l’aussi ingéniosité et les efforts déployés par les califes afin d’enrichir l’art islamique.

   La créativité des artisans Fatimides sont également visible via l’utilisation de peinture lustrée sur la céramique, technique originaire d’Iraq et de Syrie, et réutilisée en Egypte plus tard. Certaines pièces de céramiques sont même signées par leur auteur.

La gravure sur bois et la joaillerie sont également pratiquées avec autant de talents et d’inventivités. Les artistes Fatimides créèrent de nouveaux motifs décoratifs et utilisèrent grandement les formes figuratives, aussi bien humaines qu’animales. Les figures sont stylisées, mais vivantes, alors que les traditionnelles végétaux et décoration géométriques conservent leurs côtés abstraits.

Source: Islamdefrance.fr

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)