• Nombre de visites :
  • 4216
  • 4/6/2015
  • Date :

L’histoire du verre et de la verrerie dans le monde (1)

verre fabriqué en iran

    La découverte du verre, qui révolutionna le mode de vie de nos ancêtres, ne date pas d’hier. Il faut remonter à l’époque préhistorique pour en retrouver les origines. Les tectites [1], l’obsidienne [2], les fulgurites [3], etc. étaient toutes déjà connues il y a environ une centaine de milliers d’années. Des légendes essaient également d’expliquer l’origine de la formation du verre. Celle racontée par Pline par exemple, naturaliste et écrivain romain du 1er siècle, soutient que le verre aurait été inventé par les Phéniciens sur les rives du fleuve Bélus. Dans la Bible, et plus précisément dans l’Ancien Testament, le mot "verre" est un hapax et n’apparaît donc qu’une seule fois. Dans la traduction grecque de la Bible, le terme de "verre" apparaît comme "cristal" ou ailleurs comme "diamant". Ce n’est que dans le Nouveau Testament que ce terme est doté d’une signification nouvelle: "ce qui sert à boire" [4].
Dans le Livre de la Révélation ou l’Apocalypse du Nouveau Testament canonique, on remarque à plusieurs reprises l’apparition des occurrences du mot "verre" ou de ses déclinaisons comme "mer de verre", "mer de cristal", "limpide comme du cristal" [5], etc. d’où l’on tient la connotation de transparence qui apparaît comme mot pivot dans la version grecque à chaque fois que l’on fait allusion à ce mot.
   Objet décoratif et partie intégrante d’un objet décoratif ou arme, l’obsidienne est un verre d’origine éruptive, grossièrement taillé et qui fut notamment d’usage presque mille siècles av. J.-C. C’est ensuite en Mésopotamie, du côté du Levant, plus précisément en Syrie, en Egypte, à Chypre et aux alentours de la Mer Egée que l’on commença à fabriquer du verre translucide mais encore opaque, dont la forme originelle était la glaçure. Vers 1500 av. J.-C., on raffina le verre qui apparut cette fois sous forme translucide, grâce aux fours de haute température ainsi qu’à une nouvelle technique appelée "l’enduction sur noyau". Aussi, le négoce se développa-t-il autour des verres sous forme de pierres précieuses, des verres en creux, notamment les amphrisques, et les émaux, surtout utilisés sur les poteries pour imiter l’incrustation de pierres précieuses à l’aide de l’émaillage excessif qui faisait apparaitre des coulures transparentes sur les terres cuites. On remarque également l’apparition d’objets utilitaires en verre dans la Mésopotamie de l’époque.
Notes:
[1] Morceau de verre naturel impur en forme de goutte, résultant probablement de la fusion de roches terrestres projetées dans l’atmosphère lors de l’impact d’une météorite puis retombées en différents endroits du globe.
[2] (En minéralogie) Pierre vitreuse, d’origine volcanique, d’un vert foncé ou d’un beau noir.
[3] Appelé également "pierres de foudre", les fulgurites sont des morceaux de verre naturel amorphe, fragiles, notamment en forme de tube cylindrique. La rencontre de la foudre et la surface du rocher sont d’habitude à l’origine de sa formation.
[4] Brown, Raymond E., Que sait-on du Nouveau Testament?, éd. Bayard, 2011, p. 830.
[5] Girard, Marc, Les symboles dans la Bible: essai de théologie biblique enracinée dans l’expérience humaine universelle, Volume 1, Les Editions Fides, Paris, 1991, p. 290.
  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)