• Nombre de visites :
  • 213
  • 1/6/2016
  • Date :

Les forces irakiennes avancent vers Fallouja, bastion de l’Etat islamique depuis 2014

falouje

 

   Les forces d’élite irakiennes ont annoncé progresser, lundi 30 mai au matin, vers la ville de Fallouja, pour chasser le groupe Etat islamique (EI) de ce bastion djihadiste situé à seulement 50 km à l’ouest de Bagdad. Selon Sabah Al-Nomane, un porte-parole des forces d’élite du contre-terrorisme, les forces irakiennes sont entrées dans les faubourgs par trois directions.

 

  Alors que l’ONU et les ONG s’inquiètent pour le sort des civils pris au piège de combats, quelque 50 000 habitants étaient bloqués à Fallouja, manquant de nourriture, d’eau potable et de médicaments. Depuis le 21 mai, environ 3 000 personnes ont pu sortir des banlieues de la ville « épuisées, effrayées et affamées », mais des milliers d’autres restent bloquées « sans aide ni protection », selon le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), qui craint de nouvelles vagues de déplacés, avec l’intensification des combats.

 

  Grand objectif de la coalition internationale

  Fallouja est la première ville à être tombée aux mains de l’EI, en janvier 2014, avant même la fulgurante offensive djihadiste lancée cinq mois plus tard, qui avait permis au groupe extrémiste de s’emparer de vastes régions d’Irak, et de Mossoul, la deuxième ville du pays, toujours sous son contrôle. La reprise de Fallouja est ainsi devenue, avec celle de Mossoul et de Rakka en Syrie, le grand objectif de la coalition internationale menée par les Etats-Unis.

 

  En Irak, outre l’offensive sur Fallouja, l’EI fait face, dans le Nord, à un assaut des forces kurdes irakiennes soutenues par l’aviation de la coalition internationale. Les Etats-Unis lui ont repris des secteurs à l’est de la ville septentrionale de Mossoul, principal bastion djihadiste en Irak.

 

  A Mossoul, avant un éventuel assaut sur la ville même, les forces kurdes irakiennes ont lancé, dimanche avant l’aube, une offensive à une trentaine de kilomètres à l’est de la cité, afin « d’augmenter la pression sur l’EI », selon un communiqué militaire kurde. Dix heures après le début de l’opération, à laquelle prennent part 5 500 combattants, trois villages avaient été repris par les forces kurdes.

 

source: lemonde.fr

 

 

 

 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)