• Nombre de visites :
  • 3469
  • 21/6/2016
  • Date :

 

Le guépard d’Iran

 guépard

 

Le guépard asiatique, appelé également guépard d’Iran, est le seul félin qui ressemble quelque peu à l’espèce canine. Il a les membres allongés et sa large poitrine ressemble à celle du lévrier. Mais contrairement aux chiens, il a une petite tête ronde, un museau court et de petites oreilles rondes. Il peut être comparé à un chien ayant une tête de chat. Les pupilles de ses yeux sont rondes. Ses poils sont rêches et jaunâtres avec des tâches noires et rondes, mais la partie inférieure de son corps est blanche. Il possède une courte crinière au niveau de son cou, qui est plus longue chez les petits. Sa face est caractérisée par deux marques noires qui progressent du coin intérieur des yeux jusqu’au coin de ses lèvres, et ressemblent à deux larmes. Ces traces améliorent la vision de cet animal en réduisant les reflets de la lumière du soleil. Le dernier tiers de sa longue queue comporte des anneaux noirs dont le dernier est plus large que les autres. Ses griffes, contrairement à celles des autres félins, sont peu rétractiles. Cependant, les petits ont des griffes rétractiles jusqu’à l’âge de six mois. Le guépard asiatique mesure de 140 à 150 cm de long et fait de 67 à 94 cm de hauteur de garrot. Sa queue mesure de 60 à 80 cm, et son poids est de 20 à 70 kg. 

 

Il vit dans les vastes déserts et dans les zones steppiques du pays. Au cours du XXe siècle, il a été en voie de disparition dans de nombreux pays : il a disparu d’Irak en 1929, du Kuweit en 1942, d’Inde en 1947, du Kazakhstan en 1970, du Pakistan en 1972, du Turkménistan en 1973, d’Arabie en 1973 et d’Oman en 1977. Aujourd’hui, le guépard asiatique ne se trouve plus qu’en Iran où il a été observé dans le Baloutchistân à Tabas, dans le Khorâssan, notamment dans le parc national du Golestân, dans le parc national de Tourân et le parc national de Kavir dans la province de Semnân, à Naftshahr dans la province de Kermânshâh, dans l’espace protégé de Mouteh à Ispahan, dans toute la province de Yazd, dans les parcs nationaux de Khabr, de Rutchun et de Ravar dans la province de Kermân, à Hadjiâbâd à Bandar Abbâs et dans l’espace protégé de Bahrâm-e Gour dans la province de Fârs. 

 

Jusqu’à récemment, on croyait que le guépard asiatique, comme son semblable le guépard d’Afrique, était actif pendant la journée. Mais les photos avec la méthode du piège photographique attestent de son activité pendant la nuit, surtout au clair de lune. Les guépards vivent seuls ou en petits groupes comprenant une femelle et les petits ou deux mâles. Sa vision est excellente et cette particularité favorise sa technique de chasse, qui n’est pas celle de la chasse à l’affût suivie par la plupart des félins. Il cherche du regard un animal et après l’avoir repéré, il s’en approche sans être vu à une distance de 20 à 100 mètres. Il accélère alors jusqu’à atteindre une vitesse de 80 km/h ; il le poursuit avec la même vitesse parfois sur une distance de 500 mètres jusqu’à l’attraper. Il est considéré comme le mammifère quadrupède le plus rapide au monde, et peut même parfois atteindre une vitesse de 110 km/h. Le volume important de son cœur et ses poumons développés, ainsi que son gros foie et ses glandes surrénales sont bien adaptés aux mouvements rapides de son corps. Il jette bien en avant et avec force ses membres postérieurs grâce à sa colonne vertébrale flexible qui lui donne ainsi la possibilité de courir plus vite. Ses fosses nasales assez larges lui permettent de mieux respirer ; cette caractéristique est aussi susceptible d’avoir influencé le développement de ses crocs, plus petits que chez les autres félins. 

 

La particularité de ses pattes ainsi que celle de ses griffes, différentes de celles des autres félins, lui permet de mieux prendre des virages, de se cramponner au sol et de contrôler son accélération. Après avoir attrapé sa proie, il se sert de ses griffes pour la déséquilibrer et la faire tomber au sol, et serre ensuite sa gorge jusqu’à l’étrangler. Il arrive parfois que les autres prédateurs comme le chien, le léopard et le vautour lui volent sa proie. Les guépards ont leur propre territoire et zone de chasse marqués par leur urine. Il s’avère que le territoire du guépard d’Iran est plus vaste que celui du guépard d’Afrique. On a observé qu’un guépard, équipé d’un GPS, avait parcouru et marqué un territoire de 150 000 hectares pendant quatre mois et demi. 

 

Le guépard se nourrit de mammifères tels que le mouton, la gazelle, la capra aegagrus (chèvres sauvages) et le lapin. Dans le parc national de Kavir et dans l’espace protégé de Bâfgh dans la province de Yazd, pendant l’été, les guépards s’alimentent des capra aegagrus qui descendent au pied de la montagne pour boire de l’eau. Après avoir étranglé sa proie, le guépard la tire à l’abri pour pouvoir s’en nourrir en paix. En Afrique, les guépards abandonnent leur proie après avoir été repus et ne reviennent plus pour en manger le reste. 

 

La période de reproduction s’étend souvent de l’hiver jusqu’au début du printemps. Pendant cette période, il n’y a pas de conflits sérieux entre les mâles. Le mâle le plus fort s’accouple avec la femelle. La durée de gestation est d’environ 95 jours. La femelle met souvent bas deux petits. Leurs yeux ne s’ouvrent que de 4 à 14 jours après la naissance. La femelle laisse ses petits seuls pour aller chasser ; c’est à ces moments que les petits sont parfois tués par d’autres prédateurs. Ils atteignent leur maturité sexuelle vers l’âge d’un an. Après avoir appris tout ce qui est nécessaire, ils abandonnent leur mère à l’âge de 15 à 17 mois. Les jeunes mâles sont souvent très dépendants les uns des autres, et il arrive souvent que les membres d’une fratrie demeurent plusieurs années ensemble. Sa longévité en captivité est d’environ 18 ans. 

 

Ses ennemis naturels sont le chien de berger et le léopard. En 2007, dans la région de Bâfgh dans la province de Yazd, le manque de proie dans son habitat naturel conduisit un guépard à un habitat montagnard pour y chasser un capra aegagrus, mais il y fut attaqué par un léopard qui cherchait à lui voler sa proie et fut tué du fait de son inaptitude à sauter sur les rochers. Durant ces dernières années, la population du guépard asiatique a dramatiquement baissé et il est désormais en danger critique d’extinction du fait de la chasse illégale, de la destruction de son habitat, de la réduction des proies, ou encore de la sécheresse. Les études menées par la méthode de piège photographique et par l’observation directe montrent qu’au cours des cinq dernières années, le guépard asiatique n’a été observé que dans les régions de Nâybandân, à Tabas, Bâfgh, Darre Anjir, Kalmand et Siyahkuh dans la province de Yazd, dans les parcs nationaux de Tourân et de Kavir dans la province de Semnân et Miyândasht et Bedjestân dans la province du Khorâssân. Le nombre des guépards d’Iran est estimé à entre 70 à 100 individus dont la plupart se trouvent à Nâybandân, Bâfgh et Darre Anjir.  

 

source: http://www.teheran.ir

 

 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)