• Nombre de visites :
  • 3514
  • 21/6/2016
  • Date :

 

La panthère de Perse

panthère

 

La panthère de Perse, connue également sous le nom de léopard iranien, est une espèce de la famille des félins. Ce mammifère est caractérisé par un corps musclé et flexible, une tête large avec de petites oreilles rondes, de larges pieds et de longues griffes. Ses poils sont courts et lisses, sauf dans les régions froides où ils sont plus longs. Le fond du pelage de son dos est d’un jaune pâle tirant sur le blanc, tandis que la partie inférieure de son corps est d’un jaune pâle tirant sur le gris. Son dos et ses flancs sont marqués de taches formant des rosettes. La tête, la queue et les membres sont marqués de taches noires. Dans les régions de l’est et du nord-est, les panthères sont plus grandes avec un manteau de poils tirant plus sur le blanc. La longueur du corps de la panthère de Perse est de 110 à 195 cm, et sa queue mesure de 60 à 110 cm ; sa hauteur au garrot est de 45 à 78 cm et son poids varie de 30 à 90 kg. Les mâles sont plus grands que les femelles. 

 

La panthère de Perse s’adapte facilement à tous les habitats et peut vivre dans les forêts, dans les montagnes, dans les zones steppiques et à différentes altitudes allant de 0 à 4000 mètres. Elle vit dans la plupart des régions du pays, dans les montagnes d’Alborz et dans le désert central ; partout où les proies sont abondantes, en particulier le capra aegagrus. 

 

Dans les zones où elle se sent en sécurité, elle est active autant le jour que la nuit mais dans les zones d’insécurité, elle ne se manifeste que prudemment pendant la nuit. Elle vit seule et possède son propre territoire qui est marqué, comme celui du guépard, par son urine. Elle se déplace généralement sans bruit et à une vitesse basse, mais peut facilement atteindre la vitesse de plus de 60 km/h. Elle a la particularité de pouvoir sauter jusqu’à six mètres de long et trois mètres de haut. Elle gîte au creux des arbres, dans des crevasses rocheuses, des cavernes ou des cavités naturelles. Le sens de l’ouïe est très développé chez la panthère de Perse, ce qui lui facilite la chasse. Elle est également une bonne nageuse et a la possibilité de hisser une proie qui pèse trois fois son poids sur des rochers ou sur un arbre. Elle pousse de forts rugissements lorsqu’elle veut marquer son territoire ou lancer un défi. Elle craint les hommes et les fuit lorsqu’elle les croise, mais elle peut les attaquer lorsqu’elle est blessée ou qu’elle ne trouve aucun passage pour se dérober. 

 

La panthère de Perse se nourrit de la plupart des mammifères dont le sanglier, le capra aegagrus, le mouton ainsi que d’oiseaux et reptiles. Dans le cas où elle n’aurait pas accès à ces proies ou qu’elle serait trop vieille ou blessée pour pouvoir chasser, elle s’attaque aux animaux domestiques dont les bovins, les chevaux et les volailles. Son pelage lui permet de se camoufler pour s’approcher de sa proie sans être vue. Elle tue les proies plus grosses par étranglement et les proies plus petites par une morsure à la nuque. Elle hisse souvent sa proie sur un arbre ou la dissimule dans une crevasse rocheuse ou sous des feuillages pour la mettre à l’abri des autres prédateurs et revenir s’en nourrir plus tard. Dans les régions où l’eau est abondante, la panthère boit presque tous les jours ; mais si l’eau vient à manquer, elle peut ne pas boire pendant un mois. 

 

La période de reproduction a généralement lieu au milieu de l’hiver. Pendant cette période, on peut entendre les rugissements des panthères et il y a parfois des querelles entre les mâles. La durée de gestation est de 95 jours. La femelle met bas ses petits dans sa tanière, c’est-à-dire dans les cavernes ou les crevasses, et a la possibilité de mettre bas de un à six petits. Ils ouvrent les yeux après dix jours et sont sevrés à l’âge de 3 mois. Ils restent avec leur mère jusqu’à l’âge de 18 mois et atteignent leur maturité sexuelle vers l’âge de 3 ans. La longévité de la panthère est d’environ 23 ans en captivité. 

 

La panthère de Perse n’a pas d’ennemi naturel, mais ses petits sont parfois chassés par d’autres prédateurs. Elle a la possibilité de bien se camoufler et peut s’adapter aux caractéristiques des différents habitats. Cependant, sa population est aujourd’hui en fort déclin du fait des chasses illégales et des accidents, et elle est désormais classée parmi les espèces en danger d’extinction. Vu l’augmentation de la population des sangliers, surtout dans les zones forestières du Guilân et du Mâzandarân, cet animal est devenu la proie principale de la panthère dans ces zones. Elle a également été observée dans des zones où vivent encore des capra aegagrus et des moutons avec lesquels elle peut se nourrir. Des photos prises par la méthode du piège photographique témoignent aussi de la présence de ce mammifère dans les zones de Tourân, Bâfgh, Kavir, Nâybandân, dans la province de Boushehr, à Sarigol et dans le parc national de Bamou.

 

source: http://www.teheran.ir

 

 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)