• Nombre de visites :
  • 123
  • 22/6/2016
  • Date :

 

Loi travail 

 la préfecture de police interdit la manifestation de jeudi à Paris

loi travail

 

Après vingt-quatre heures de négociations avec les syndicats, la préfecture de police a annoncé mercredi 22 juin l’interdiction de la manifestation contre le projet de réforme du code du travail prévue pour jeudi à Paris. 

 

Les discussions entre les autorités et les syndicats « n’ont pas conduit à l’émergence d’un accord », fait savoir le communiqué de la préfecture.

« Dans ces conditions, le préfet de police considère qu’il n’y a pas d’autre choix que d’interdire la tenue de la manifestation. »

 

Un rassemblement « statique » refusé

Mardi, la Confédération générale du travail (CGT), Force ouvrière (FO), la Fédération syndicale unitaire (FSU), l’union syndicale Solidaires, l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), l’Union nationale lycéenne (UNL) et la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (FIDL) avaient persisté dans le refus « catégorique » d’un « rassemblement statique » place de la Nation, une solution préconisée par le gouvernement. Les syndicats souhaitaient défiler de la place de la Bastille à la place de la Nation, un trajet qu’ils avaient choisi court, selon eux, pour « tenir compte » des conditions de sécurité. Ils ont précisé avoir fait des « propositions alternatives de parcours » : de Bastille à la place d’Italie ou de Denfert-Rochereau à la place d’Italie.

 

Depuis lundi, les autorités insistaient pour qu’ils choisissent une manifestation « statique », en invoquant des raisons de sécurité à la suite des violences qui ont émaillé la manifestation du 14 juin à Paris. Dans la journée, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve avait souligné le « niveau de menace extrêmement élevé, avec un niveau de sollicitation extrêmement fort depuis plusieurs semaines des forces de l’ordre », mobilisées pour « l’Euro » de football, « aux frontières dans un contexte migratoire particulier » et « dans le cadre d’opérations de maintien de l’ordre ». Ces dernières « sont rendues difficiles par la présence significative de groupes violents. Il y a eu plus de 500 policiers blessés ».

 

source: http://www.lemonde.fr

 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)