• Nombre de visites :
  • 494
  • 24/7/2016
  • Date :

 

Il suffit de 25$ pour rejoindre Daech en Syrie en passant par la Turquie

 turquie

KARKEMISH, TURQUIE - Si les trois hommes arrêtés fin février à Brooklyn avaient pris un avion pour la Turquie, ils seraient probablement arrivés en Syrie sans encombre. Ils sont accusés de soutenir Daech et d’avoir tenté de rejoindre les rangs de l’organisation islamique.

 

Pour un étranger désirant faire la guerre en Syrie, la dernière étape du voyage est très simple: il suffit actuellement d’un passeur et d’environ 25$ pour passer la frontière turque.

 

Alors que la communauté internationale se mobilise pour lutter contre Daech et renforce sa sécurité intérieure suite aux récents attentats meurtriers, l’"autoroute djihadiste" turque est plus poreuse que jamais. La semaine dernière, trois lycéennes londoniennes se sont ainsi évanouies en Syrie après avoir vraisemblablement été recrutées sur Twitter par une militante djihadiste.

 

Bien que la Turquie assure faire tout son possible pour sécuriser les 800 kilomètres de frontière entre les deux pays, passeurs, combattants et réfugiés affirment que les organisations criminelles locales et des membres corrompus de la police paramilitaire turque ont mis en place un système permettant à quiconque de passer en Syrie.

 

Plus Des réfugiés traversent la frontière turco-syrienne avec leurs passeurs le 23 avril 2013.  "Dès que le gouvernement sécurise une zone, les organisations criminelles en ouvrent une autre", constate Jasim Qalthim, un passeur de 30 ans interrogé par le WorldPost dans la ville frontalière de Karkemish. "Les autorités pourraient nous rendre la tâche plus difficile si elles le souhaitaient."

 

Ce père de famille dévoué ne compte plus les personnes qu'il a fait entrer clandestinement dans les territoires contrôlés par Daech en Syrie. Mais il sera toujours hanté par la fois où il a fait passer un jeune Saoudien dans la ville de Jarabulus, avant que le père de ce dernier ne débarque en Turquie pour le supplier de traverser la frontière et de ramener son fils.

 

source: fr.news.yahoo.com

 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)