• Nombre de visites :
  • 3024
  • 19/11/2007
  • Date :

Qu'est-ce que la société?

 

société

   Plusieurs individus qui malgré des institutions, des traditions, des moeurs et des lois différentes se sont unis les uns aux autres pour mener une vie collective, constituent une société.

   Parler de vie collective ne signifie pas qu'un groupe d'hommes coexiste dans une même région, jouissant d'un même climat et d'une même nourriture! Car les arbres dans un jardin jouissent aussi de ces mêmes conditions: ils vivent les uns à côté des autres.

jardin

C'est aussi ce que fait un troupeau de cerfs qui paissent, évoluent et émigrent ensemble. Pourtant, ni les arbres, ni les cerfs n'ont pour autant une vie sociale et ni les uns, ni les autres ne constituent de société.

    La vie humaine est dite sociale parce qu'elle a vraiment une "essence sociale": d'une part, les besoins, les intérêts et les travaux des hommes ont un caractère essentiellement social et ne sont réalisables que par une répartition entre les individus de ces travaux, intérêts et besoins da  le cadre d'une série de contrats et de règlements; d'autre part, une forme spéciale de pensées, d'idées et de caractères les englobe tous et leur confère l'union et l'harmonie nécessaires.

Autrement dit, le terme société désigne une assemblée d'individus unis pour satisfaire à l'exigence d'une foule de besoins, attirés par toute une série d'opinions, de pensées et d'idéaux et qui ont choisi de suivre une existence commune.

    Les besoins sociaux communs et les rapports particuliers de la vie humaine soudent les hommes si étroitement et confèrent à l'existence une harmonie telle qu'il est possible de comparer les individus aux passagers d'une voiture, d'un avion ou d'un bateau, qui se dirigent tous vers la même destination qu'ils atteindront tous ensemble ou bien, s'ils se trouvent confrontés sur la route à quelque obstacle, qui s'immobiliseront tous ensemble et connaîtront tous le même sort.

bateau

   Quelle gracieuse maxime énoncée par le Prophète pour étayer son explication sur le sens profond du principe islamique "L'ordonnance du bien et la prohibition du mal":

   "Un groupe de personnes se trouvait à bord d'un bateau qui avançait en fendant la mer. Les passagers étaient instal¬lés, chacun dans sa cabine. Soudain l'un d'entre eux, sous prétexte qu'il était le maître de sa cabine et que, par consé¬quent, il pouvait en faire l'usage qu'il voulait, se mit à y creuser un trou à l'aide d'un outil pointu qu'il avait emme¬né avec lui. Il va sans dire que si ses compagnons de bord l'avaient pris sur le fait et l'en avaient empêché, non seule¬ment ils n'auraient pas péri eux-mêmes mais ils auraient aussi sauvé la vie de ce pauvre homme."

 

Source: Le martyr Morteza Motahhari , La Société et l’Histoire , Téhéran: Bureau de la publication de la culture islamique .

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)