• Nombre de visites :
  • 2623
  • 21/11/2007
  • Date :

Économie du sport 

olympiques

   Le sport possède une activité importante au niveau économique. Il créé et fait vivre une forme de secteur hétérogène : des médias, des équipementiers, et autres clubs sportifs, des médecins, des avocats, des entraîneurs et conseillers en tous genres, des jardiniers et même des cabinets d’architecture spécialisés dans la conception de stades  et etc.

     Quelques sportifs professionnels tirent également leurs revenus du sport. Pour mémoire, on rappellera que le nombre des accréditions pour les médias est toujours largement supérieur à celui des accréditations d’athlètes lors des Jeux Olympiques d’été : 15 000 contre 10 000.

Les industries et les commerces du bâtiment, de l’automobile, du spectacle, des medias et du tourisme travaillent pour le sport. Les contrats des sportifs professionnels et des subventions publiques concernent des masses importantes d’argent.

   Certains clubs sportifs sont des entreprises cotées en bourse. Équipements sportifs, droits de diffusion télévisuelle et autres produits dérivés font tourner la machine économique. Ceci est valable dans de très nombreux pays, sur le cinq continents. La part du PIB consacré au sport est évidemment plus importante dans les pays les plus développés en raison des investissements lourds, notamment en matière de stades, mais aussi par la part importante accordée à ce type de dépenses par les ménages.

   Hors bénévolat, le poids économique du sport dans l’économie française est évalué à 1,73% du PIB, soit 27,4 milliards d’euros en 20031. Les dépenses des ménages représentent plus de 50% de ces montants (14,2 milliards d’euros en 2003), contre 7,9 milliards d’euros pour les collectivités locales, 3,2 pour l’État, et 2,2 pour les entreprises.

   Parmi les dépenses sportives des ménages en 2003, 3,7 milliards sont consacrés aux vêtements de sport et chaussures, 2 aux biens durables, 2,7 aux autres biens et 5,8 aux services. Le Ministère de la jeunesse et des sports estime à 100 000 (58% d’hommes pour 42% de femmes) le nombre de salariés travaillant pour le secteur sportif en France pour quelque 20 000 employeurs.

Cette économie est tirée par les engagements des sportifs professionnels, tels que les grandes compétions internationales, mais aussi par le bénévolat de masse des sportifs amateurs comme la pratique du football en Europe.

    Elle bénéficie du développement du sport et elle l’accélère. Elle permet aux sportifs professionnels de travailler dans des conditions toujours meilleures, aux sportifs amateurs d’accéder à leur loisir à des coûts de plus en plus attractifs et aux spectateurs d’assister à des compétitions toujours plus spectaculaires et plus festives.

   D’un autre côté, comme tout domaine économique, l’économie du sport n’échappe pas à certaines dérives telles que la corruption ou le dopage.

 

 Note :

1 Ministère de la jeunesse et des sports

Source : www.Wikipedia.org

 

Articles Relatifs:

Sport et Santé

Pourquoi le sport ?

Le sport et l’enfant

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)