• Nombre de visites :
  • 5396
  • 27/11/2007
  • Date :

LA CARICATURE !  (1)

une liberté d’expression « orientée »

Définition

   En arts plastiques, la caricature est « le portrait en charge, le plus souvent schématique, dessiné ou peint, mettant exagérément l’accent, dans une intention plaisante ou satirique, sur nu trait jugé caractéristique du sujet ». La caricature, par extension, est une image non conforme à la réalité qu’elle représente ou suggère, et par rapport à laquelle elle est une altération déplaisante ou ridicule.

 

Une caricature est un genre que l’on trouvera :

•Dans les arts visuels, la peinture subjective de l’élément abordé (individu, organisation, pensée…) qui charge certains traits de caractère souvent ridicules ou déplaisants.

•En littérature, il s’agit aussi d’une description qui se veut comique ou satirique par les mêmes moyens : la charge de certains des traits, pouvant aboutir à la parodie voire au simulacre.

   Les caricatures, notamment dans la presse écrite sont à visée sociale, politique, toujours critique. Pour un portrait, un caricaturiste rendra plus importants certains traits du visage selon ce qu’il cherche à montrer.

Une caricature d’une organisation cherchera par exemple à simplifier les propos pour mettre en évidence des incohérences (réelles ou inventées).

 

   Mais la caricature ne déprécie cependant pas de manière obligatoire son sujet, car cela met malgré tout l’être ou l’organisation en avant, ce qui peut se révéler être un avantage si la charge est évidente.

 

Historique

 

   La caricature remonte à la plus haute Antiquité, ou tout au moins à l’époque où les arts du dessin eurent fait quelques progrès. On peut supposer que les sociétés, où la recherche des critères de la beauté était proposée comme but aux artistes, contenaient en elles la possibilité de voir naître une antithèse.

Les sociétés grecque et romaine semblent avoir réuni les conditions d’une telle éclosion. Elles ont sans doute connu l’une et l’autre la caricature, fût-ce à l’état embryonnaire.

   La Grèce a eu un caricaturiste, Pauson, dont le nom est cité par Aristophane et Aristote. Des graffitis retrouvés sur les murs de Pompéi paraissent confirmer ce point de vue. On a trouvé des caricatures peintes sur des vases grecs et sur les murailles d’Herculanum et de Pompéi, on en a même rencontré dans les ruines de l’ancienne Egypte. Les caricatures sont souvent utilisées dans la presse.

   Les caricaturistes de talent sont recherchés dans la presse écrite journalière et périodique. Ainsi, les caricaturistes mettent en avant les idées avancées dans les différents articles de façon à montrer, certes les défauts, mais principalement les traits de caractères les plus spécifiques à un individu, une organisation, ou tout autre thème sujet à dérision… Au XIXe siècle, Honoré Daumier était un célèbre caricaturiste français. Au début du XXe siècle, Hansi met la caricature au service de son combat contre l’annexion de l’Alsace.

 

L’ « affaire des caricatures »

 

   Les « caricatures de « Mahomet » » sont une série de douze dessins parus dans le journal danois Jyllands-Posten, dont l’un représenterait le prophète musulman vêtu d’un turban en forme de bombe1.

Ces douze caricatures sont les réponses de douze dessinateurs à K?re Bluitgen, un écrivain se plaignant que personne n’osait illustrer son livre sur « Mahomet » depuis l’assassinat du réalisateur Theo van Gogh. Les dessins illustraient un article consacré à l’autocensure et à la liberté de la presse.

   Elles ont été publiées initialement le 30 septembre 2005 par l’un des principaux journaux danois, Jyllands-Posten, et ont été reprises, mondialement dans plusieurs journaux. La première reprise, date du 17 octobre 2005, dans le journal égyptien Al Fagr. Selon les musulmans danois, la liberté d’expression a été utilisée dans un but politique afin de provoquer des réactions « anti-danoises » et identitaires au sein de cette communauté, faisant le lit de l’extrême droite.

 

statue de la liberté d’expression

 

   Dans le contexte de ce débat, le quotidien Jyllands-Posten publie le 30 septembre 2005 le Visage de « Mahomet », des caricatures du prophète de l’islam. Cette publication est la réponse de douze dessinateurs à K?re Bluitgen.

Le Jyllands-Posten invite quarante artistes à donner la vision qu’ils ont de « Mahomet ». Douze dessinateurs répondent et leurs dessins sont publiés le 30 septembre. Les dessins illustraient un article consacré à l’autocensure et à la liberté de la presse.

 

une foi autorisée

 

   Le Jyllands-Posten finit par présenter ses excuses, non pas pour avoir publié les dessins, mais pour avoir offensé les musulmans.

 

Concours international de caricatures sur l’Holocauste à Téhéran

 

   Le concours international de caricatures sur l’Holocauste est un évènement présenté par le journal iranien Hamshahri, qui organise le concours, comme une riposte à la publication au Danemark de caricatures du prophète « Mahomet », concours qui devrait se renouveler annuellement.

Le concours a donné lieu à l’exposition de 204 œuvres venues du monde entier au Musée d’Art contemporain de Téhéran. D’après son responsable Masoud Shojai, le concours devrait être répété chaque année1.

   Les organisateurs du concours soulignent leurs motivations sur leur site internet. Le concours qu’ils ont organisé est destiné répondre à des questions que se posent certaines personnes dans le monde vis-à-vis de l’Holocauste. Ils se demandent en effet pourquoi aucune discussion n’est possible en Occident sur ce sujet. Les éditeurs du journal Hamshahri, co-organisateur du concours, ont même lancé un défi aux médias occidentaux et ont exprimé ainsi leur position : « L’Occident étend-il la liberté d’expression aux crimes commis par les Etats-Unis et Israel, ou à un évènement comme l’holocauste ? Ou est-ce que la liberté d’expression sert juste à insulter les personnages saints d’une religion ? ». Le palmarès du premier concours a été rendu public le 1 novembre 2006 à Téhéran.

 

sans commentaire !

 

 

Sources:

http://fr.wikipedia.org

http://www.irancartoon.ir/gallery/album48

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)