• Nombre de visites :
  • 3808
  • 25/12/2007
  • Date :

Musique et société 

   Chaque époque est tributaire des rapports entre l’art et la société, et plus particulièrement entre la musique et les formes de sa réception. A travers des âges, cette étude sociale est menée dans un essai de Jacques Attali.   

    Les questions qui y sont posées peuvent se retrouver aujourd’hui sous la forme : Quel est le rôle de la musique dans la vie d’aujourd’hui ? Pourquoi est-elle un produit de consommation différent (par rapport aux autres produits de consommation, et par rapport aux autres arts) ? La musique devient-elle un instrument de pouvoir (Major Companies, industrie du disque, politique des média) ? Quelles sont aujourd’hui les opportunités, les perspectives, de l’Internet et des musiques en ligne ? etc.

Évolution  de la musique

   Toutes les formes de communication envisagées par la musique sont une nécessité sans laquelle il n’y a pas d’histoire. L’évolution historique des courants stylistiques est jalonnée par des conflits et des idylles.

   L’histoire de la musique travaille à la marge de la société. Ainsi, la place prépondérante qu’occupe Jean-Sébastien Bach dans le répertoire de la musique religieuse, conséquence du génie créatif de ce musicien, ne peut nous faire oublier tous les compositeurs qui l’ont précédé et qui ont tissé ces liens avec le public en le préparant à des évolutions stylistiques majeures.

johann sepabastian bach

   L’œuvre de Bach accepte d’influences allemandes (Schütz, Froberger, Kerll, Pachelbel), italiennes (Frescobaldi, Vivaldi), flamandes (Sweelinck, Reincken) et françaises (Grigny et Couperin).

   On perçoit en fait que le lien entre l’évolution des techniques et l’écriture, entre les adéquations matérielles (instruments, lieux, espaces) et l’expression, réussissent surtout à enfermer le compositeur dans la double ambiguïté du carcan systémique et de la libération expressive.

La musique se construit autour de structures, de catégories, qu’il faut savoir dépasser (travail aux limites).

   Elle a souvent oscillé au cours des siècles entre une rhétorique de la litote et du minimum d’éléments syntaxiques et une excessivité, dilution dans l’emphase (autre définition du baroque), révolte contre les alignements conceptuels.

   Avec le recul historique, les phases de cette élaboration paraissent suivre des paliers successifs ; le pouvoir expressif passe d’apports strictement personnels à une complexification qui dénature les premières richesses de la nouveauté en cherchant à épuiser les ressources du matériau initial.

Source: www.wikipedia.org

Article Relatif:

Les instruments de la musique (2)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)