• Nombre de visites :
  • 3901
  • 9/1/2008
  • Date :

Mehrdad Avesta (1929-1991)

   Né à Borodjerd en 1929, Mehrdad Avesta (de son vrai nom Mohammad-Réza Rahmam) fit ses études primaires et secondaires dans sa ville natale puis, à l’âge de douze ans, il se rendit à Téhéran pour poursuivre ses études et passer une maîtrise de philosophie.

Il se révéla comme poète quand il n’avait que dix ans ce qui provoqua l’étonnement de son instituteur et ses parents, versés d’ailleurs dans la poésie persane.

   Il commença à enseigner dès l’âge de Vingt-quatre ans diverses matières à l’université de Téhéran : la littérature, la critique d’art, la mythologie, l’histoire de la musique... Après l’avènement de la Révolution islamique en Iran il exerça diverses fonctions administratives dont la présidence de l’université de Téhéran, Il s’éteignit dans son bureau le 7 mai 1991 lorsqu’il corrigeait les poèmes d’un jeune poète de province.

   Oeuvres poétiques principales : Vin du cru, L’épopée d’Arach, Rama, Imam, une épopée pas comme les autres (prose poétique)

avesta
Ni le soleil, Ni la pluie…
Ni le soleil, Ni la pluie,

Plutôt la rigueur d’un torrent,

La tombée d’un tonnerre.

Dis donc au soleil

De se dégager du ciel de ma demeure

Car la tendresse d’aucun soleil

Le dévouement d’aucun nuage

Ne pourront plus me faire pousser dans ce désert de misère.

La terre y est pourrie

Et les racines corrompues

Et le tiède sang végétal dans  ma tige

S’est tari à jamais.

Regarde mes mains,

Ces deux branches asséchées

Ces deux branches asséchées

Dépourvues de tout bourgeon.

Ô toi ! mon tendre, mon plus

Caressant soleil,

Comment caresses-tu encore l’espoir

Que fleurira la branche

Où depuis de longues et après années

N’a éclos aucun bourgeon

Ne s’est posé aucun oiseau?

Regarde mon tronc,

Ce vieux tronc sec et fléchi

Ce tronc ployé qui a sans doute oublié

Que le ciel est bleu,

Le soleil couleur d’or

Et que le nuage a de limpides pleurs curatifs.

Dis donc au soleil

De se dégager du ciel de ma demeure

Car cet arbre corrompu

Ne rajeunira plus

Par son obligeance ;

Et aucun remède ne le guérira,

Ni le soleil, ni la pluie

Tant s’en faut la rigueur d’un torrent,

La tombée d’un tonnerre.

 

 

Traduit du persan par Dr Mohammad ZIAR

Source: Revue Le Pont, N:2, printemps 2007, PP-20, 21.

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)