• Nombre de visites :
  • 2902
  • 9/2/2008
  • Date :

Entretien avec le président de la République Islamique d'Iran(1 /2)

dr. mahmud ahmadinejad

Tebyan vous propose un entretien donné par le Président de la République islamique d’Iran, Dr. Mahmud Ahmadinejad au quotidien « Le Monde » daté du 5 février 2008. 

 

Le Monde : Le président Nicolas Sarkosy a dit à plusieurs reprises son inquiétude quant à la finalité du programme nucléaire iranien.

   Qu’est ce que vous en pensez, vous, en tant que Français ? (…) Vous pensez comme moi qu il ne faut pas qu il y ait des armes nucléaires dans le monde… Ne faut il pas que les armes nucleaires, qui ne sont d’aucune utilité dans le monde d’aujourd’hui, soient éliminées ? Nos deux peuples entretiennent de bonnes relation. Entre eux, il n’y a pas de problèmes sérieux. Ce sont deux peuples qui ont des points de vue communs sur beaucoup de questions internationales. Nous croyons que ces propos [ceux de M. Sarkozy sur le nucléaire iranien] n’ont pas leur place aujourd’hui. Nous ne les prenons pas trop au sérieux ; nous avons pensé que c’est le début ce nouveau gouvernement français. Nous attendons que les vraies positions de la France, celles qui auront un effet pratique. Nous n’avons pas d’inquiétudes à ce sujet.

Vous invitériez M. Sarkozy à Téhéran à l’occasion de la présidence française de l’Union européenne au printemps ?

   Nous croyons que cette présidence française est une bonne opportunité, pour la France et pour l’Europe. Car nous pensons qu’il est temps que l’Europe repense la question de sa présence internationale. Aujourd’hui, sur la scène internationale, l’Europe n’existe pas, je veux dire une Europe qui soit une entité indépendante. Nous ne voyons nulle part dans les équations politiques internationales de ce début de siècle des positions qui seraient celles d’une Europe indépendante. Nous croyons que la présence de la France à la tête de l’Union peut être une occasion pour l’Europe de développer une politique indépendante, surtout dans la région du Moyen Orient, autour de la méditerranée. La présidence française devrait être l’occasion de lancer une politique européenne indépendante. Quant à M. Sarkozy, il peut venir en Iran à tout moment, nous l’accueillerons quand il le désirera, cela ne dépend pas de sa présidence de l’Union.

Le Conseil de sécurité de l’Onu prépare une nouvelle résolution sommant l’Iran d’arrêter son programme d’enrichissement de l’uranium sauf à subir un durcissement des sanctions économiques déjà prises contre votre pays.

   La question nucléaire est très importante pour notre peuple. Nous voulons que tous les pays - à commencer par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité - permettent à l’organisation légalement en charge de cette question, l’AIEA [l’Agence international de l’énergie atomique, qui dépend de l’ONU et est chargée de faire respecter le Traité de non prolifération] d’agir conformément à sa mission. Les problèmes ont commencé quand certains pays membres - les cinq permanents - ont voulu s’arroger des droits qui dépassent ceux des autres pays membres de l’AIEA. Les problèmes commencent lorsque ceux - là se dotent d’un droit d’intervention qui outrepasse les règles de l’AIEA. L’Iran agit en collaboration avec l’AIEA, respecte ses engagements et ses devoirs à l’égard de l’agence. Malheureusement, l’Iran est privé de certains de ses droits, en particulièrement de disposer de l’assistance des autres membres de l’AIEA en ce qui concerne le combustible nucléaire - on ne nous a pas aidés, comme nous y avions droit. Mais nous croyons que nous devons tous continuer à travailler avec l’AIEA et accepter ses avis.

Et pourtant, Américains, Chinois, Britanniques, Français et Russes envisagent bel et bien de voter une troisième vague de sanctions contre l’Iran. 

    Ecoutez, ces résolutions ne sont pas notre problème, c’est le leur. Quand sur la base d’informations erronées, un groupe de pays agit avec entêtement de façon erronée, alors c’est lui, c’est ce groupe qui a un problème…Mais nous n’avons pas d’inquiétude. Notre peuple est un grand peuple - quand il s’agit de défendre nos droits, nous sommes sérieux.

Où en est votre proposition de permettre la création en Iran d’une société mixte, d’un consortium international pour enrichir l’uranium dont vous avez besoin ?

   Cette proposition, je l’ai faite il y a deux ans aux Nations Unies. Malheureusement, les Européens et les Américains ne l’ont pas accueillie favorablement. Ils ont considéré que nous ne la formulions que parce que nous aurions été en position de faiblesse. Aujourd’hui, cette proposition n’est plus sur la table. Mais si d’autres en venaient à la reformuler à nouveau, nous l’étudierons. A une condition : que le droit du peuple iranien à l’enrichissement de l’uranium soit préservé.

Vous approuvez M. Sarkozy quand, du Maghreb au golfe, il propose d’aider de nombreux pays à accéder au nucléaire civil ?

   Nous ne considérons pas que c’est une mauvaise chose. En cette matière, nous n’entendons pas fixer des limites aux autres. Nous croyons que tous les pays devraient pouvoir jouir de l’énergie nucléaire . Nous croyons que c’est opprimer une partie de l’humanité que d’assimiler l’énergie nucléaire à la bombe nucléaire. C’est une énergie pure, dont tous les peuples doivent pouvoir profiter.

L’Iran est parfois accusé de ne pas faciliter les choses chez son voisin afghan, notamment en aidant les talibans qui affrontent les forces de la coalition international déployée dans ce pays.

   L’attitude de certains pays occidentaux est contradictoire. Le langage qui est le leur date d’il y a cent ans. Quelle est la situation ? Des dizaines de milliers de troupes étrangères ont été déployées dans notre voisinage. Nous savons que certains de ces pays occidentaux qui nous critiquent collaborent sur place avec les gens dont vous parlez.

Et par le passé ont collaboré et même soutenu, armé, financé ces groupes extrémistes en Afghanistan. Nous savons très bien ce qui se passe chez notre voisin.

   Nous avons de vieilles relations avec l’Afghanistan, culturelles, historiques. Tout ce qui là bas provoque de l’insécurité est un problème de sécurité pour nous. Nous voulons que le peuple afghan recouvre son intégrité. Nous aidons à établir un dialogue entre les différentes factions et tribus afghanes. Notre expérience historique nous a appris que chaque fois que les Américains, les Européens sont entrés dans notre région, il y a eu des litiges. Regardez l’Irak. Est-ce qu’on peut assurer la sécurité d’un pays de façon artificielle, avec l’aide de forces étrangères ? Jusqu’à quand ?

Au Liban, vous n’appuyez, militairement, économiquement, politiquement, qu’un seul parti, le Hezbollah.

   Nous aiderons tous ceux qui agissent en conformité avec des principes justes. Nous croyons que le Liban est un pays indépendant. C’est la population libanaise qui doit être maître de son destin. Chaque démarche qui facilite l’unité et la souveraineté du Liban, pour son indépendance, nous la soutiendrons.

Mais vous ne soutenez qu’un seul parti là bas ?

   Le peuple libanais a le droit de vivre, de s’exprimer. Nous sommes contre une ingérence dans les affaires du Liban. Avec la plupart des partis libanais, nous avons de très bonnes relations. Avec les chiites, les druzes, les chrétiens, les sunnites.

Vous n’aidez pas à la création d’un Etat palestinien indépendant en Cisjordanie et à Gaza ; vous n’appuyez pas les efforts de l’ONU, des Etats-Unis, de l’Union européenne, de la Russie en ce sens. Vous y êtes opposés, vous ne soutenez qu’un parti palestinien, le Hamas.

   Qu’est ce que vous voulez dire ? Actuellement, n’y-t-il pas le gouvernement du Hamas [à Gaza] ? Un gouvernement qui a été établi par le peuple [le Hamas a remporté les élections législatives dans les territoires palestiniens en janvier 2006 puis s’est emparé par la force de l’administration de la bande de Gaza le 15 juin 2007] Qui s’oppose à ce gouvernement ? Ce sont les Européens, les Etats-Unis qui sont contre ce gouvernement du Hamas. Nous sommes actuellement le seul pays qui soutient le gouvernement légal de la Palestine. Alors, qui réprime ce peuple, qui lui impose des sanctions économiques ? Je suis désolé de dire que ce sont les gouvernements des pays européens qui collaborent avec les sionistes dans cette affaire. Mais la question de la Palestine va au delà de votre question.

Il faut en revenir à un événement intervenu il y a 60 ans [la création de l’Etat d’Israël par une résolution des Nations Unies en 1948] , un événement qui a déplacé des millions de personnes, tué des centaines de milliers d’autres [selon l’ONU, quelque 700 000 Palestiniens ont été déplacés pendant ou à l’issue de la guerre israélo-arabe qui a suivi la création d’Israël, qui a fait quelques dizaines de milliers de morts].

   Ce ne sont pas les initiatives européennes ou américaines qui vont régler le problème. Il faut aller à la source, à l’origine du conflit, à sa racine si nous voulons régler cette question, sinon la crise se poursuivra. A la longue, ceux qui perdront sont ceux qui sont responsables de l’occupation...

 

Article relatif au sujet:

Entretien avec le président de la République Islamique d'Iran(2 /2)

 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)