• Nombre de visites :
  • 7468
  • 10/2/2008
  • Date :

La position de la femme dans la vision islamique (1)

   Le Saint Coran n’est pas un simple recueil de lois et des règles sèches, sans explications de leurs raisons d’être et de leurs buts finaux. Il renferme aussi bien des lois que de l’histoire, des exhortations religieuses, des explications du sens de la création ainsi que des milliers d’autres thèmes.   

coran

   Si, par endroits, il s’attache à prescrire des lois, ailleurs il parle de la nature et de la création. Ainsi il nous explique comment la terre, le ciel, les plantes, les animaux et l’homme ont été créés, et il nous dit quels sont les secrets de la mort et de la vie, de la puissance et de l’humiliation, de l’évolution et de la décadence, de la richesse et de la pauvreté.

Le Coran n’est pas un livre de philosophie, mais il ne manque pas, cependant, de présenter une opinion précise et claire sur l’univers, l’homme et la société, les trois thèmes qui constituent l’essentiel de la philosophie.

   Le Coran ne se contente pas d’apprendre à ses adeptes une loi, ni de leur faire de simples prédications. Il forme chez eux -par l’explication de la sagesse de la création- une vision spéciale de l’univers et de la vie, et leur enseigne une méthode nouvelle de pensée. Le fondement des règles islamiques concernant les questions de la vie sociale, telles que la propriété, les droits familiaux, le gouvernement, etc. n’est autre chose que sa vision de la création et des êtres.

   L’un des sujets que le Coran a expliqués, est la création de l’homme et de la femme. Il n’est nullement resté silencieux sur cette question. Il n’a pas laissé le champ libre aux intrus pour qu’ils fassent croire que l’attitude de l’Islam vis-à-vis de la femme est une attitude de mépris. Il a expliqué amplement ses points de vue sur ce sujet Pour connaître les points de vue de l’Islam sur la femme, nous devons savoir ce que le Coran dit à propos de son caractère inné. D’autres religions aussi ont évoqué cette question, mais c’est le Coran seulement qui a dit clairement dans de nombreux versets que la femme a été créée du genre de l’homme, et que la femme et l’homme ont tous les deux un même caractère inné. En effet, parlant d’Adam, le Saint Coran dit :

رَبَّكُمُ الَّذِي خَلَقَكُم مِّن نَّفْسٍ وَاحِدَةٍ وَخَلَقَ مِنْهَا زَوْجَهَا وَبَثَّ مِنْهُمَا رِجَالاً كَثِيرًا وَنِسَاء.

 «Allah vous a créés tous d’un seul être. Il lui en créa sa propre épouse et Il dissémina à partir d’eux des hommes en grand nombre et des femmes...»

 (Sourate al-Nisâ’, 4 : 1)

   Concernant l’humanité en général, il dit :

«Il a créé de vous vos femmes»

 (voir : Sourate al-Nisâ’, Sourate Aie ’Imran, et Sourate al-Rûm)

   Contrairement à ce qu’affirment d’autres religions à ce propos, le Coran ne dit pas que la femme a été créée d’une matière inférieure à celle de l’homme ni qu’elle a des défauts de création, ni qu’elle a été créée à partir d’un membre d’Adam. Par conséquent, on peut constater que l’Islam n’a pas une position de mépris vis-à-vis de la femme, sur le plan de sa création et de son origine.

hejab

   Il y a une autre théorie qui méprise la femme. Elle prévalait dans le passé et elle a laissé des traces désagréables dans la littérature. Selon cette théorie :La femme est la cause de tous les péchés. Son existence même appelle le mal. La femme est un petit diable. Elle a une main dans chaque méfait que commet l’homme. Les hommes, eux, sont dépourvus de péché, c’est la femme qui les y entraîne. Le Diable n’a pas un accès direct aux hommes, c’est à travers les femmes qu’il trouve un chemin vers eux. Il souffle à la femme de mauvaises suggestions, et c’est cette dernière qui, à son tour, les souffle aux hommes. Adam fut chassé du Paradis à cause d’une femme. Le Diable avait fait dévier Eve, et c’est celle-ci qui a fait dévier Adam.

   Le Coran a raconté le récit du Paradis, mais il ne dit nulle part que Satan, ou le serpent, a induit Eve en erreur, et que Eve a induit en erreur Adam. Il ne la blâme, ni l’innocente. Le Coran dit :

وَقُلْنَا يَا آدَمُ اسْكُنْ أَنتَ وَزَوْجُكَ الْجَنَّةَ وَكُلاَ مِنْهَا رَغَداً حَيْثُ شِئْتُمَا.

«Nous avons dit à Adam : Séjourne, toi et ton épouse au Paradis et mangez-en les fruits...»

(Sourate al-Baqarah, 2 : 35)

   Mais lorsque le Coran parle des mauvais conseils soufflés par Satan, il met en cause tous les deux :

فَوَسْوَسَ لَهُمَا الشَّيْطَانُ.

«Satan leur a soufflé de mauvais conseils…»

(Sourate al-A’râf, 7 : 20).

Puis il leur jura :

وَقَاسَمَهُمَا إِنِّي لَكُمَا لَمِنَ النَّاصِحِينَ.

 «Je ne fais assurément que vous donner le bon conseil.»

(Sourate al-A’râf, 7:21)

   Ainsi, le Coran est fermement opposé à la fausse affirmation que la femme était la porteuse du péché et qu’elle serait un petit diable, affirmation qui prévalait avant l’époque de la Révélation, et dont l’écho continue de résonner dans différentes parties du monde.

   Parmi les autres théories qui affichent du mépris pour la femme, il y a celle qui met en doute ses dispositions spirituelles et morales. Selon cette théorie la femme n’entre pas au Paradis, et elle ne peut pas monter haut sur l’échelle des positions spirituelles et religieuses, ni atteindre au même degré de Proximité d’Allah auquel un homme peut atteindre.

   En revanche, beaucoup de versets coraniques nous informent que la récompense que l’être humain est en droit d’espérer le Jour du Jugement, et la proximité d’Allah, ne sont nullement liées à son sexe, et dépendent uniquement des bonnes actions accomplies indifféremment par l’homme ou la femme.

   D’autre part, le Coran, chaque fois qu’il évoque un grand personnage et un saint, met à côté de lui une grande dame sainte. Ainsi, il parle avec beaucoup de révérence des femmes respectives d’Adam et d’Abraham, et des mères respectives de Jésus et de Moïse. Et lorsqu’il note que la femme de Noé et celle de Lot n’était pas des épouses dignes, il ne manque pas, ailleurs, de nous apprendre que la femme de Pharaon était une grande dame victime d’un mari pervers. Ainsi, on dirait que le Coran a voulu tenir un certain équilibre entre l’homme et la femme dans les histoires qu’il a mises en scène, et éviter que les héros de ces histoires soient exclusivement des homes...

(A suivre…)

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.61-63.

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)