• Nombre de visites :
  • 3365
  • 28/4/2008
  • Date :

La philosophie occidentale dévalorise l’homme (1)

homme

   Là encore nous sommes devant une vieille question philosophique : Quelle est la nature de la dignité humaine qui distingue l’homme d’un cheval, d’une vache et d’un pigeon?

C’est là que la contradiction entre la base de la Déclaration des Droits de l’Homme et l’appréciation occidentale de l’homme devient évidente.

   En effet, la philosophie occidentale a depuis longtemps dévalorisé l’homme. Ce qu’on disait jadis dans les pays orientaux à propos de la position distinguée de l’homme, fait l’objet de raillerie et de mépris dans la plupart des philosophies occidentales. L’homme est rabaissé, dans l’optique occidentale, au niveau de la machine, son âme et son originalité reniées, la croyance selon laquelle la nature a une finalité est considérée comme une idée réactionnaire.

   Maintenant, personne en Occident ne peut dire que l’homme est le centre de l’univers, car selon une théorie européenne courante, croire à cette idée et à celle qui affirme que les autres êtres sont des instruments au service de l’homme, c’est croire à l’ancienne doctrine désuète de l’astronomie ptolémaïque selon laquelle la terre serait le centre de l’univers et les autres planètes tourneraient autour d’elle. Et étant donné que cette doctrine est tombée dans les oubliettes de l’histoire, l’idée qui fait selon laquelle l’homme serait le plus noble des êtres est tombée par conséquent en désuétude elle aussi.

absurdité 

   Selon l’Occident : «Cette idée n’était que le résultat de l’admiration de l’homme du passé pour lui-même, et l’homme contemporain ne se considère pas comme étant supérieur aux autres êtres vivants. Sa vie est uniquement physique, et après sa mort se décompose, et c’est la fin de tout pour lui

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani,éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, P.81.

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)