• Nombre de visites :
  • 2821
  • 25/5/2008
  • Date :

Les droits familiaux

famille

   Nous venons d’aborder jusque là la question des droits des individus dans la société non familiale. Quelle est donc la position de l’individu dans la société familiale?

Est-ce que les membres d’une même famille sont, eux aussi, semblables dans les droits naturels, et dissemblables dans les droits acquis?

    Ou bien la société familiale, c’est-à-dire une société composée du mari, de la femme, du père et de la mère, des frères et des soeurs, diffère-t-elle de la société non familiale dans les droits naturels, et y a-t-il une loi naturelle concernant les droits familiaux ?

Il y a deux hypothèses à ce sujet :

1- Ou bien les relations entre les deux conjoints, le père et le fils, la mère et la fille, sont identiques aux autres relations sociales qui gouvernent les établissements nationaux et gouvernementaux, où de telles relations ne donnent pas à tel ou tel autre droit à une position particulière innée, car seules les particularités acquises y déterminent qui est le gouvernant et qui est le gouverné, qui doit commander et qui doit obéir, qui doit toucher le salaire le plus élevé et qui doit toucher le salaire le moins élevé, et par conséquent la femme, en tant que telle, le mari, en tant que tel, le père, en tant que tel, la mère, en tant que telle, le fils, en tant que tel, n’ont pas de privilèges propres à leurs positions naturelles respectives, mais ce sont les qualités acquises qui déterminent la position de chacun d’entre eux.

La théorie de la similarité des droits familiaux entre l’homme et la femme (improprement appelée égalité des droits) est fondée sur cette hypothèse. Ainsi, selon ladite hypothèse, le mari et la femme, jouissant de capacités et de besoins similaires, ainsi que d’un statut juridique similaire, que la nature leur a accordés, leurs droits familiaux doivent par conséquent être organisés sur la base de la similarité et de l’identité.

2- Selon l’autre hypothèse, même leurs droits élémentaires naturels varient. Un mari, en tant que tel, a certains droits et obligations, et une femme, en tant que telle, a certains autres droits et obligations. Il en va de même dans le cas d’un père, d’une mère et d’un enfant. En tout cas, la société domestique est tout à fait différente de n’importe quelle autre organisation sociale. C’est cette hypothèse -sur laquelle est fondée la théorie de la similarité des droits familiaux entre l’homme et la femme- que l’Islam a adoptée.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani,éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.91-92.

Articles Relatifs:

Les fondements naturels des droits familiaux I

Les Fondements naturels des droits familiaux II

La famille en Islam

La famille selon l’Imam ‘Ali, paix sur lui

Galeries Relatives:

Le bonheur, c’est d’avoir une famille (1)

Le bonheur, c’est d’avoir une famille (2)

L’amour est encore vivant

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)