• Nombre de visites :
  • 5937
  • 21/7/2008
  • Date :

La théorie de Platon

platon

   La question de la dissemblance entre l’homme et la femme n’est pas quelque chose de nouveau, ni un événement de notre siècle. Elle est vieille de deux mille quatre cents ans. Elle fut débattue, sous sa forme actuelle, par Platon, dans son livre, "La République". Il y disait que les hommes et les femmes avaient les mêmes aptitudes, et que les femmes peuvent faire les mêmes travaux que les hommes, et jouir des mêmes droits qu’eux.

Les germes de toutes les idées sur la femme qui ont émergé au XXe siècle, et même les idées qui paraissent extrémistes et inacceptables aux gens du XXe siècle, sont fondés sur les opinions de Platon.

   C’est pour cette raison que les gens l’admirent tant et l’appellent "le Père de la Philosophie". Platon traita, dans la 5e partie de son livre "La République", des questions telles que le socialisme des femmes et des enfants, l’amélioration de la race et de la descendance, la privation de certains hommes et femmes de l’engendrement et la limitation de celui-ci à des hommes et des femmes qui jouissent de bonnes qualités, l’éducation des enfants en dehors du milieu familial, la limitation de la reproduction à un certain âge de l’homme et de la femme, ou pendant les années de leurs pleines force et vitalité. Platon croyait que, de même que l’on entraîne les hommes aux arts martiaux, de même on doit le faire pour les femmes, et que, de même que les hommes participent aux compétitions sportives, de même les femmes doivent y participer, etc.

Mais il y a deux remarques à propos de ce que dit Platon à ce sujet. La première est qu’il admet que les femmes sont physiquement et mentalement plus faibles que les hommes, ou en d’autres termes, il considère la disparité entre l’homme et la femme comme étant quantitative, et refuse de croire qu’ils sont qualitativement différents sur le plan des aptitudes.

    Il pense que l’homme et la femme ont des talents similaires, et que la seule chose qui les différencie réside en ceci que, à certains égards, la femme est plus faible que l’homme, mais que cela ne justifierait pas qu’elle doive occuper une autre sphère d’activité séparée.

une femme musulmane

   Et comme Platon considère la femme comme étant plus faible que l’homme, il remercie Dieu de l’avoir fait naître homme. Il dit: «Je remercie Dieu de m’avoir fait naître grec et non pas non-grec, homme libre, et non pas esclave, homme et non pas femme

La seconde remarque est que tout ce que Platon a dit à propos de l’amélioration de la lignée, de l’égalité du développement des aptitudes de l’homme et de la femme, du socialisme de la femme et de l’enfant, il en a confié la tâche aux "Philosophes-gouvernants", car, selon lui, seule cette catégorie d’hommes mérite d’assumer le pouvoir.

   Et, comme on le sait, Platon était un opposant à la démocratie et un partisan de l’aristocratie. Donc les différentes vues qu’il a exposées ci-dessus concernent la classe aristocratique, mais sur les autres classes il exprime des opinions différentes.

Source: MUTAHARI. Mortadhã, Les Droits de la femme en Islam, Traduit par al-Bostani, éd. Ansariyan, Téhéran, 2002, PP.103-105.

Articles Relatifs:

L’opinion du monde moderne (1)

L’opinion du monde moderne (2)

Les différences entre l’homme et la femme (2)

La pièce maîtresse de la création

Une relation plus sublime que le désir

La différence dans les sentiments réciproques de l’homme et de la femme

La théorie de Will Durant

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)