• Nombre de visites :
  • 2249
  • 13/12/2008
  • Date :

Les Elamites (~2500- ~640)

le royaume élamite

   Vers ~2700, et pendant plusieurs siècles, Suse revient sous la domination de la Mésopotamie qui voit apparaître les premières dynasties dont l’histoire a retenu les noms et les dates: les dynasties Archaïques d’abord (~2800- ~2350), puis le royaume d’Akkad ou Agadé (~2350-~2200), fondé en Babylonie par Sargon. C’est le début de ce processus, moteur de l’histoire, qui voit des empires se constituer à partir de cités, lesquelles tendront à conquérir ou annexer les territoires limitrophes. De la Mésopotamie, Suse emprunte alors la langue et l’écriture cunéiforme, le panthéon des dieux, les temples et l’esthétique.

Ombres et lumières du royaume élamite

   Après l’effondrement du royaume mésopotamien d’Akkad, Puzur-Inshushinak, un roi de Suse (v. ~2100) de la dynastie d’Awan, tente de s’émanciper et de créer un vaste royaume en Elam. La IIIe dynastie d’Ur (~2212- ~2004) reprend pourtant le contrôle de la Susiane.

Environ un siècle après cette tentative, des tribus montagnardes de langue élamite (Elamites, Kassites, Lullubis, Gutis) s’unissent. Elles chassent les rois d’Ur et créent un royaume qui réunit la plaine de la Susiane à l’arrière-pays montagneux.

   Les souverains se proclament «rois d’Anshãn et de Suse». Continuant peut-être à nomadiser, ils entrent fréquemment en conflit avec la Mésopotamie, dont ils subissent pourtant l’influence culturelle. Suse prospère grâce au commerce avec la Mésopotamie et avec les civilisations trans-élamites.

zigurat de choghã zanbil, milieu du ~xive s.

   Entre la disparition des Proto-Elamites et la naissance du royaume d’Elam, d’autres civilisations ont continué leur développement, comme les cités trans-élamites dans le Kermãn, au Sistãn et en Bactriane (dans l’actuel Afghanistan).

Au cœur des monts Zãgros, la civilisation semi-nomade du Lorestãn est connue pour ses productions de bronze et ses nécropoles. Les civilisations trans-élamites disparaissent pourtant au ~XVIIe s.: le commerce inter-iranien prend fin, la ville d’Anshãn est abandonnée et l’Elam tombe dans une relative obscurité.

   Dès le ~XVe s., des dynasties vont redonner un nouveau lustre au royaume élamite, en particulier le roi Untash-Napirisha (v. ~1340-~1300), qui lait construire la ville sacrée de Choghã Zanbil. Avec la dynastie des Shutrukides (~1200- ~1100), l’Elam atteint son apogée avant son crépuscule: son premier roi pille Babylone et met fin à la domination des Kassites. Il rapporte à Suse un butin extraordinaire, dont fait partie le code des lois d’Hammurabi, le plus ancien système législatif complet de Mésopotamie (~XVIIIe s.).

slalue en bronze de la reine élamite napira.su, ~xiv s. musée du louvre, paris.

    En représailles, Nabuchodonosor Ier (~1126- ~1105), probable constructeur de la ziggurat évoquant la Tour de Bãbel, pille Suse. Les habitants de l’Elam nomadisent alors à nouveau et abandonnent plusieurs cités. La civilisation élamite disparaît de l’histoire pour plusieurs siècles. Entre ~750 et ~640 environ, elle connut une renaissance tardive, mais qui fut précaire et dura peu. Le roi assyrien Assurbanipal envahit et détruisit le royaume d’Elam en ~640.

Source: RINGGENBERG. Patrick, Guide culturel de l’Iran, éd. Rowzaneh, Téhéran, 2005, PP.37-38

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)