• Nombre de visites :
  • 4325
  • 1/1/2009
  • Date :

Les instruments de la musique (2)

Sommaire:

Le ney

Le zarb ou tombak

Le kamãnecheh

Le dotãr

 

Le ney

ney

   Flûte en roseau. Pour Rumi, sa sonorité est un gémissement d’amour: coupée de la jonchaie, elle pleure cette séparation et chante la plainte du soufi lui aussi séparé de Dieu et expirant d’amour pour Lui.

Le zarb ou tombak

tombak

   Instrument de percussion de la musique savante, joué avec les mains nues, en solo ou dans un ensemble. On peut frapper l’instrument au centre de la membrane (le son est grave: on l’appelle tom), sur le bord (le son est aigu: bak), ou entre le bord et le centre.

Les types de frappe (coups secs ou roulés, forts ou doux) forment la base d’un répertoire de sentiments et d’expressions mélodiques.

Le kamãnecheh

kamaneheh

   Forme de vielle jouée avec un archet, qui remonte sans doute au XIIIe s. Encore jouée dans la musique populaire, elle a été peu à peu remplacée par le violon dans la musique classique.

Le dotãr

dotãr

   Forme de luth à cordes pincées joué dans le Khorãssãn. Doté d’un long manche et de deux cordes, il vient d’une haute antiquité et une tradition veut qu’il ait été créé par l’ange Gabriel avec le bois d’un arbre du paradis, le Touba.

Les tribus nomades utilisent surtout différents types de percussions (tambours, dulcimers, cymbales, etc.) et des instruments à vent, comme la flûte, le cor, ou le sornã des Baloutches.

Source: RINGGENBERG. Patrick, Guide culturel de l’Iran, éd. Rowzaneh, Téhéran, 2005, PP.206-207

Article Relatif:

Les instruments de la musique (1)

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)