• Nombre de visites :
  • 1941
  • 19/2/2009
  • Date :

Les orphelins

jeanine ouvrant les rideaux, et montrant les enfants a son mari

   La grand-mère était morte. Deux petits enfants étaient abandonnés. Jeannie, femme d’un pauvre pêcheur, vint les prendre et les emporta chez elle. Quand son mari rentra, elle lui dit:

«Notre voisine vient de mourir. Elle laisse deux orphelins. Que faut-il en faire?» 

- «Diable! diable! dit-il, en se grattant la tête,

Nous avions cinq enfants, cela va faire sept...

Bah!  tant pis! Ce n’est pas ma faute...

Femme, va les chercher. S’ils se sont réveillés,

Ils doivent avoir peur, tous seuls avec la morte...

Ouvrons aux deux enfants. Nous les mêlerons tous,

Cela nous grimpera, le soir, sur les genoux.

Ils vivront, ils seront frère et sœur des cinq autres...

Moi, je boirai de l’eau, je ferai double tâche. C’est dit, va les chercher. Mais qu’as-tu? Ça te fâche? D’ordinaire, tu cours plus vite que cela.

-Tiens, dit-elle en ouvrant les rideaux, les voilà!»

Victor Hugo

Source: DEVINAT. E, Livre de lecture et de morale, éd. Tous prix, Paris, P .15

Articles Relatifs:

La maison littéraire de Victor Hugo

Les œuvres de Victor Hugo 

Les combats de Victor Hugo

Poésies Relatives:

A la mère de l’enfant mort

A un poète aveugle

Les orphelins

Printemps

Galerie Relative:

Galerie des images à l’occasion de la naissance de Victor Hugo

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)