• Nombre de visites :
  • 3385
  • 3/3/2009
  • Date :

L’arthrose, qu’est-ce que c’est?

Sommaire:

Une maladie inflammatoire

L’arthrose, une maladie du cartilage

arthrose

 Une maladie inflammatoire

   On a longtemps pensé que l’arthrose, au contraire de l’arthrite rhumatoïde, n’était pas une maladie inflammatoire. Qu’il s’agissait d’une simple usure mécanique.

En fait, la destruction progressive du cartilage est due à une inflammation chronique des cellules qui fabriquent le cartilage.

   L’inflammation est la réponse normale de l’organisme à une agression. Elle vise le plus souvent à éliminer un virus ou une bactérie en fabriquant une grande variété de substances qu’on appelle médiateurs de l’inflammation. Dans l’arthrose, l’inflammation ne vise à éliminer aucune bactérie ou aucun virus. Elle est la conséquence accidentelle d’une surexcitation des cellules spécialisées du cartilage, les chondrocytes, en réaction à des facteurs héréditaires, à un traumatisme ou une pression excessive liée au surpoids.                   

La capsule articulaire délimite l’articulation. Une mince membrane tapisse la surface interne de la capsule. Cette membrane sécrète un liquide clair qui sert de lubrifiant à l’articulation.

L’arthrose, une maladie du cartilage

arthrose

   Bien qu’associée à l’âge, l’arthrose n’est pas une conséquence directe du vieillissement. C’est une maladie des articulations qui s’apparente à un vieillissement accéléré du cartilage, ce tissu élastique de couleur nacrée qui recouvre l’extrémité des os au niveau des articulations.

Le cartilage permet un glissement parfait entre les os et absorbe les chocs. Grâce à lui, nous nous déplaçons, nous courons, nous sautons sans effort apparent et sans douleur. C’est aussi un tissu vivant qui normalement, est en perpétuel renouvellement, même chez les personnes les plus âgées. Il se renouvelle tous les trois mois. La solidité du cartilage lui vient de ses fibres de collagène.

   Son élasticité lui est procurée par des molécules appelées protéoglycanes, sorte d’éponges qui en se gorgeant d’eau mettent sous tension les fibres de collagène. Des cellules spécialisées appelées chondrocytes (10 % du volume du cartilage) permettent au cartilage de se renouveler: elles détruisent et construisent la matrice en permanence. Dans l’arthrose, les chondrocytes produisent des molécules pro-inflammatoires appelées interleukines. La plus connue est l’interleukine-1 (IL-1). Ces interleukines favorisent une destruction du collagène et des protéoglycanes. Elles détruisent les chondrocytes, ou les affaiblissent, ce qui fait que le cartilage n’est pas remplacé, et qu’il est très mal réparé. Sa surface irrégulière gêne le mouvement.

   L’inflammation rend l’articulation douloureuse. Dans les formes sévères, le cartilage a disparu: le mouvement articulaire se fait os contre os. 

Au début de l’arthrose, les chondrocytes tentent de fabriquer plus de matière pour compenser celle qui a été perdue.

   Mais c’est le plus souvent en vain et le cartilage continue de disparaître. Les tentatives désordonnées de réparation aboutissent à de petites excroissances osseuses qui déforment l’articulation: ce sont les ostéophytes, qu’on appelle « becs de perroquet ».

Source: www.lanutrition.fr

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)