• Nombre de visites :
  • 2449
  • 16/3/2009
  • Date :

L’homme de l’Islam (2)

homme et dieu

Sommaire:

Le grand dépôt

La personnalité humaine  

   L’homme a la capacité pratique d’exécuter ses désirs. Il est également capable de choisir sa voie et sa direction. Donc le Créateur du monde l’a fait supérieur à ses autres créatures.

"وَلَقَدْ كَرَّمْنَا بَنِي آدَمَ وَحَمَلْنَاهُمْ فِي الْبَرِّ وَالْبَحْرِ وَرَزَقْنَاهُم مِّنَ الطَّيِّبَاتِ وَفَضَّلْنَاهُمْ عَلَى كَثِيرٍ مِّمَّنْ خَلَقْنَا تَفْضِيلاً."

 «Certes, Nous avons honoré les fils d’Adãm. Nous les avons transportés sur terre et sur mer, leur avons attribué de bonnes choses comme nourriture, et Nous les avons nettement préférés à plusieurs de Nos créatures».

(Sourate Al-Isrã’, 70)

Le grand dépôt

terre

   Le 72ème verset de la sourate Al-Ahzãb décrit les pouvoirs dont l’être humain a été doté, comme étant un grand et appréciable dépôt que l’homme mérite. C’est lui seul qui a pu l’accepter, car malgré leur grandeur, les cieux, la terre et les montagnes ont décliné une telle responsabilité. En effet, le Coran dit:

"إِنَّا عَرَضْنَا الْأَمَانَةَ عَلَى السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ وَالْجِبَالِ فَأَبَيْنَ أَن يَحْمِلْنَهَا وَأَشْفَقْنَ مِنْهَا وَحَمَلَهَا الْإِنسَانُ."

«Nous avions proposé le dépôt de la foi aux Cieux, à la Terre et aux montagnes. Ceux-ci ont refusé de s’en charger, ils en ont été effrayés. Seul, l’homme l’a assumé».

(Sourate Al-Ahzãb, 72)

La personnalité humaine

   La personnalité de l’homme dépend de sa façon de préserver ce "grand dépôt" divin, c’est-à-dire, de sa capacité de choisir sa voie de conduite. Son bien-être dépend de l’utilisation de ce pouvoir de la façon la plus avantageuse. La société humaine reste humaine seulement tant que chaque individu y est libre de penser pour lui-même et de se choisir le mode de vie qu’il estime le meilleur.

   Si l’homme pense comme les autres veulent qu’il pense, et qu’il fait ce que les autres veulent qu’il fasse, il n’est plus une personne. Il devient un simple objet qui manque de volonté humaine et de personnalité indépendante. Si ses actions sont planifiées par d’autres, il ne peut plus ni planifier ni choisir lui-même.

homme

   La plus grande et la plus pénible dégradation dont l’homme de ce siècle ait souffert et qui résulte de la vie mécanique moderne est le fait d’avoir été privé de son humanité et réduit à n’être qu’un simple rouage d’un énorme système mécanique compliqué.

Dans beaucoup de cas, la valeur économique de son travail est très inférieure à celle de la machine qu’il côtoie.

   C’est la philosophie matérialiste qui, plus que toute autre chose, a préparé la voie à une telle situation humiliante. Mais finalement, le dépôt qu’il détient a remué l’homme de ce siècle, qui essaie maintenant de détacher de son cou le joug de l’esclavage des machines. Dans le présent état de mi-sommeil mi-éveil, il est à l’affût d’un système intellectuel et social susceptible de l’aider de recouvrer sa dignité humaine.

Source: www.bostani.com

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)