• Nombre de visites :
  • 2256
  • 17/3/2009
  • Date :

Le grand pin et le bouleau (2)

Conte du Québec - adapté d’un conte Ojiboué

des fleurs

   Un jour d’été, la forêt resplendissait des parfums et des couleurs de milliers de fleurs et un éclatant tapis de mousse recouvrait les coins ombragés du sol. Une quantité d’oiseaux, des gros, des petits, des bleus, des gris, des jaunes et des rouges, n’arrêtaient pas de chanter. Les arbres bougeaient doucement et agitaient leurs feuilles qui étaient des rires et des gais murmures de contentement. L’érable remarqua que le bouleau ne participait pas à cette réjouissance collective.

-Es-tu malade, bouleau? demanda le gentil érable.

-Pas du tout, répondit le bouleau en agitant ses branches de façon brusque. Je ne me suis jamais si bien senti. Mais pourquoi donc devrais-je me joindre à vous qui êtes si ordinaires?

L’érable, surpris de cette réponse, se dit que le roi grand pin ne serait pas content d’entendre de telles paroles. Car la première tâche de Grand Pin était de faire respecter l’harmonie parmi ses sujets.

-Tais-toi! dirent les arbres au bouleau. Si le grand pin t’entend...

   Tous les arbres étaient très solidaires les uns des autres comme le sont les frères et les sœurs qui s’entraident. Seul, le bouleau refusait l’amitié de ses compagnons. Il se mit à agiter ses branches avec mépris et déclara :

- Je me fiche bien du roi. Je suis le plus beau de tous les arbres de la forêt et dorénavant je refuserai de courber la tête pour le saluer!

un grand pin

   Le grand pin, qui s’était assoupi, s’éveilla tout d’un coup en entendant son nom. Il secoua ses fines aiguilles pour les remettre en place et s’étira, s’étira en redressant son long corps.

- Bouleau, que viens-tu de dire? lança-t-il.

   Tous les arbres se mirent à trembler car ils se doutaient bien que la colère grondait dans le cœur du grand pin. Mais le bouleau ne semblait nullement craindre sa colère. Il étala ses branches avec dédain, les agita dans un sens et dans l’autre et dit d’un ton hautain:

- Je ne vais plus vous saluer, grand pin. Je suis le plus bel arbre de la forêt, plus beau que tous les autres, plus beau même que vous!

Le grand pin se fâcha. Ses bras se mirent à s’agiter bruyamment. Et tous les arbres attendirent dans le plus grand silence la suite des événements.

- Bouleau, lança le roi pin, tu es devenu vaniteux ! Je vais t’apprendre une leçon que tu n’oublieras jamais.

   Le grand pin se pencha en direction du bouleau et frappa sa tendre écorce de toutes ses forces. Ses aiguilles lacérèrent la douce peau blanche du bouleau.

Enfin, il dit:

- Que tous apprennent par toi, bouleau, que l’orgueil et la vanité sont mauvais.

Depuis ce jour, l’écorce de Bouleau est marquée de fines cicatrices noires. C’est le prix qu’il dut payer pour sa vanité. Tous les membres de sa famille, sans exception, ont gardé, marquée dans leur peau, la trace de la colère du roi grand pin.

Source: www.chez.com

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)