• Nombre de visites :
  • 3125
  • 9/5/2009
  • Date :

Après la crise, quelles pistes de changement, dans la régulation du capitalisme? (5)

dîner de travail lors du sommet du g20 à londres

Sommaire:

Au cœur de la crise, un rapport de forces déséquilibré entre capital et travail?

La montée des inégalités internes aux Etats-Unis aurait fait le lit de la crise d’endettement

Au cœur de la crise, un rapport de forces déséquilibré entre capital et travail?

   L’idée selon laquelle l’iniquité dans la distribution des revenus nationaux et mondiaux constitue un creuset de déséquilibre est très largement partagée par les intervenants du colloque «Nouveau monde, nouveau capitalisme».

Par ailleurs, un certain nombre de pistes de réforme se rallient au constat d’un ascendant pris par les actionnaires sur les autres parties prenantes à la création de richesses (« stakeholders »), notamment les salariés, favorisant ainsi la montée des inégalités au sein d’un même pays1.

La montée des inégalités internes aux Etats-Unis aurait fait le lit de la crise d’endettement

   L’ouverture des échanges s’est accompagnée d’une forte montée des inégalités sociales et spatiales au sein des économies développées ou en développement, simultanément à un recul de l’extrême pauvreté.

   La dégradation relative, à partir des années 1980, des conditions matérielles des travailleurs peu qualifiés des pays industrialisés, notamment aux Etats-Unis, semble découler d’abord d’une modification structurelle de l’économie (progrès technique biaisé, affaiblissement des syndicats, développement des services). L’expansion des marchés locaux des BRIC et l’émergence de réservoirs de main-d’œuvre non qualifiée pour l’industrie ont renforcé l’avantage comparatif du Sud et participé plus significativement à la montée des inégalités au Nord après 1990. L’endettement excessif des ménages aux Etats-Unis, qui est au cœur de la crise financière, semble découler de ce creusement des inégalités: les ménages peu ou moyennement qualifiés qui ont souffert d’une détérioration du partage de la valeur ajoutée à leur détriment auraient recouru à la dette afin de maintenir leurs standards de consommation.

Depuis les années 1970, les 20 % des ménages américains les plus pauvres ont subi, en effet, un ralentissement de l’augmentation de leur revenu, non seulement relativement aux autres ménages, mais aussi en valeur absolue.

   Ils ont connu ainsi une décennie de quasi-stagnation de leur revenu réel (+0,2 % par an en moyenne pendant 10 ans), alors que les 20 % des ménages les plus riches bénéficiaient d’une augmentation quatre fois plus rapide (graphique 1). Selon E. Saez 3, les Etats-Unis auraient retrouvé une part des plus hauts revenus (10 % des ménages les plus riches) dans le revenu total équivalente au ratio qui prévalait il y a 80 ans (graphique 2).

   Le constat plus général d’une déformation des revenus en faveur du capital demeure très controversée.

   En revanche, le renforcement des asymétries entre catégories de salariés (qualifiés ou non qualifiés, appartenant à un grand groupe ou à un sous-traitant…) concernant la stabilité de l’emploi, la formation des salaires, l’accès aux assurances, recrée une actualité autour des réflexions sur les systèmes de gouvernance d’entreprise. Comment garantir une représentation équilibrée des intérêts des différentes parties prenantes? Ces constats réactivent aussi, sur le plan macro-économique, les réflexions sur les, modalités d’une action correctrice ou réparatrice de l’Etat.

grandeur et décadence d’un métier: le trader

Notes:

1. Tony Blair, en particulier, a rappelé l’impératif de prendre en compte l’ensemble des stakeholders, au-delà des intérêts des «shareholders» (actionnaires)

2006prel.pdf

Source: Centre d’analyse stratégique «La note de veille», n°120, Janvier 2009

Articles Relatifs:

Après la crise, quelles pistes de changement, dans la régulation du capitalisme? (4)

Après la crise, quelles pistes de changement, dans la régulation du capitalisme? (6)

Après la crise, quelles pistes de changement, dans la régulation du capitalisme? (7)

Les "trente honteuses" Par Michel Clouscard

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)