• Nombre de visites :
  • 4068
  • 24/6/2009
  • Date :

Les mérites du mois de Rajab

rajab

   Le mois de Rajab avec les mois de Sha’bãn et de Ramadhãn constitue les mois les plus honorés en Islam. En effet le Prophète (P) dit: «Sachez que le mois de Rajab est le mois d’Allãh, le mois de Sha’bãn est mon mois et celui de Ramadhãn est le mois de mon Umma. Sachez aussi que celui qui jeûne un jour de Rajab aura obligatoirement l’agrément d’Allãh, écartera de lui la colère d’Allãh, et l’une des portes de l’Enfer lui sera fermée.»

Selon l’Imam Al-Sãdiq (p): «Quiconque jeûne un jour du mois de Rajab, l’Enfer s’éloignera de lui et celui qui jeûne trois jours, l’entrée au Paradis lui sera obligatoire». Il (p) dit aussi: «Rajab est l’un des fleuves du Paradis. C’est un fleuve plus blanc que le lait et plus doux que le miel. Quiconque jeûne un jour du mois de Rajab, Allãh-Il est Puissant et Sublime- l’abreuvera de ce fleuve».

   Selon l’Imam Al-Sãdiq (p), le Prophète (P) dit: «Rajab est le mois d’Istighfãr (demande de Pardon à Allãh) pour mon Umma. Et le mois de Rajab est appelé Rajab Al-Açãb (le verseur ou le déverseur), parce que la Miséricorde y est déversée sur mon Umma. Multipliez-y la récitation de la formule: «J’implore le pardon à Allãh et je me repens auprès de Lui». [1]

imam sadiq

   Sãlim, un compagnon de l’Imam Al-Sãdiq témoigne: «Un jour je suis allé chez l’Imam Al-Sãdiq (p), alors qu’il ne restait que quelques jours du mois de Rajab. L’Imam (p) m’a regardé et m’a dit: «Ô Sãlim! As-tu jeûné quelques jours de ce mois?» «Non, par Allãh, ô fils du Messager d’Allãh», lui ai-je répondu. «Tu as donc manqué une telle récompense spirituelle. Car c’est un mois qu’Allãh a valorisé et dont Il a amplifié le caractère sacré. Il a rendu obligatoire l’obtention de Sa Grâce pour ceux qui y jeûnent» m’a-t-il dit. «Je lui ai demandé alors: «Ô fils du Messager d’Allãh! Si je jeûne les jours restants, obtiendrais-je la récompense décernée à ceux qui y jeûnent?» L’Imam (p) dit:

«Ô Sãlim! Sache que celui qui jeûne un jour de la fin de ce mois, sera à l’abri des tourments de l’agonie et des tortures de la tombe. Celui qui jeûne deux jours de la fin de ce mois, il peut passer sur la Çirãt (la Voie qui mène u Paradis). Celui qui jeûne trois jours de la fin de ce mois sera à l’abri des terribles épreuves du Jour de la Grande Terreur et obtiendra un relevé d’innocence de l’Enfer.» [2]

Notes:

1. Mafãtih Al-Jinãn, P.185.

2. Ibid.

Source: www.bostani.com

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)