• Nombre de visites :
  • 2754
  • 17/9/2007
  • Date :

Avicenne et le récit visionnaire

 

avicenne et le récit visionnaire
 
Édition bilingue
560 pages
38€
ISBN: 2-86432-305-2
 

Résumé

   Élaboré à l’occasion du millénaire d’Avicenne, cet ouvrage est d’abord l’édition et la traduction de trois « récits » avicenniens qui déploient la perspective mystique où se parachève l’œuvre du grand penseur iranien.

   Henry Corbin (1903-1978) a procédé à cette édition en la soumettant à l’épreuve du commentaire. Il met en lumière, pour la première fois, l’angélologie d’Avicenne, où se transmue en termes mystiques la doctrine des Intelligences et des Âmes célestes.

 

 Cette élucidation lui permet de montrer comment Avicenne procède à l’élaboration d’une doctrine du pèlerinage de l’âme humaine vers son Ange personnel, doctrine par laquelle Avicenne entre en consonance avec diverses traditions gnostiques, qui appartiennent au domaine de l’islam.
 

   Ces traditions, à leur tour, renvoient aux gnoses des Religions du livre (judaïsme, christianisme) ou à la gnose manichéenne. L’ouvrage de Henry Corbin s’amplifie ainsi au point de traiter du problème plus vaste posé à la science des religions : quel est le sujet de l’expérience visionnaire ? Celle-ci passe par les voies du monde imaginal – thème cher à Corbin, dont le présent ouvrage offre une première thématisation.

 

Le livre est ici édité en intégralité, pour la première fois depuis sa parution originale dans la Bibliothèque Iranienne.

 Extraits de presse

Études, février 2000

Par Henri Loucel

   La structure de cet ouvrage semble d’abord déconcertante, car la première partie, de loin la plus importante (5 chapitres, 350 pages) est un exposé de Henry Corbin (1903-1978) sur la pensée d’Avicenne (980-1037), à partir de trois récits visionnaires. Le premier de ces trois récits constitue la seconde partie de l’ouvrage (p. 350-404).

   Donc, commencer par cette dernière partie! Le héros de ce récit, le Sage par excellence, apparaît au Maître, Avicenne lui-même, qui, saisi d’admiration, devient son disciple. Le voyage visionnaire est lancé. Il faut traverser neuf royaumes immenses, dont les habitants sont très divers.

   Le climat des Sphères célestes comporte à son tour neuf royaumes extraordinaires, dont le neuvième est inaccessible, sauf aux Anges spirituels. Alors apparaît le royaume de l’Âme et, une fois surmontés ses démons, le voyageur pénètre dans le climat des Anges terrestres, dont les deux classes correspondent à nos deux Intellects: spéculatif et pratique. Vient ensuite le monde des « Anges- Âme des Sphères », au-dessus de qui se trouvent les Intelligences, Âme- Chérubins.

 

Avicenne les présente une à une et en arrive enfin à la seconde intelligence, chargée de ce monde inférieur, l’Intelligence agente. Au-dessus, les lntelligences - Chérubins sont attachées au service du Roi et de la cour céleste.
 

   Le voyage s’achève. Avicenne souligne, pour conclure, que l’Intelligence agente est la Donatrice de notre Connaissance et notre Guide. Henry Corbin, entre sa maîtrise de l’arabe et du persan, fait preuve d’une documentation stupéfiante.

   Dans les cinq premiers chapitres de son ouvrage, il reprend ce récit visionnaire d’Avicenne et son commentaire. Deux dimensions commandent son exposé: l’Intelligence agente et l’angélologie. Il ne néglige pas l’influence « orientale »: Zoroastrisme, Zarvanisme, Mazdéisme. Bref, le sens de ces récits visionnaires est la prise de conscience de soi comme Étranger au monde et donc, en même temps, l’éveil à une origine et à une parenté célestes. Il faut donc sortir de la crypte cosmique pour accéder à la Connaissance. Comment? Avec l’intelligence agente présentée çà et là comme l’Archange - Chérubin suprême, Gabriel l’Esprit- Saint (sic!). Ce récit nous introduit dans le monde de l’Imaginal, celui des Anges- Âme doués d’Imagination active pure. Univers « où se corporalisent les esprits et où se spiritualisent les corps.»

 

  • Imprimer

    Envoyer à un ami

    Commenter (0)